Des LGBTphobes repentis font campagne en vidéo à Londres
Actualité

Des LGBTphobes repentis font campagne en vidéo à Londres


La Marche des Fiertés de Londres de cette année célèbre en grande pompe le 50ème anniversaire de la dépénalisation de l’homosexualité en Angleterre. Avec des ex-LGBTphobes !

50 ans, ça se fête, et s’il y a bien une chose que les anglais savent faire même par temps pluvieux, c’est la fête. « En 2017, Londres accueillera la plus grande et la plus dynamique Marche des Fiertés que la ville ait jamais connue » : l’objectif est ambitieux, mais l’organisation Pride in London, qui organise et supervise la Marche des fiertés chaque année, s’est donné les moyens de parvenir à ses fins en lançant une campagne de communication massive autours de ses événements.

La campagne publicitaire est divisée en deux parties : la première Hate (haine) ayant pour but de dénoncer l’augmentation des crimes homophobes, lesbophobes et transphobes. La deuxième partie, , Love (amour), se concentre sur des messages plus positifs d’amour et d’acceptation de la différence, mais aussi sur des LGBTphobes repentis. Des spots publicitaires réalisés par Fred Scott mettent en scène des parents et amis de personnes LGBT, et qui demandent pardon après les avoir rejetés. Ils encouragent les téléspectateur à ne pas commettre à leur tour les mêmes erreurs. Ces spots sont diffusés depuis le 22 juin et jusqu’au 6 juillet sur la chaîne de télévision anglaise Channel 4.

Tina, tu m’as brisé le coeur quand tu m’as dit que tu aimais le filles. J’ai cru que tu me privais de la chance d’être grand-mère un jour. Je t’ai dit des choses horribles … j’ai envie de mourir quand je repense à comment je t’ai traité. Je suis désolée de t’avoir coupé de ma vie au moment où tu avais le plus besoin de ta mère. Je ne cesserai jamais de t’aimer.

Marc, ça m’a fait un choc quand tu m’as dit que tu étais gay. J’ai dit des choses odieuses. Et puis tu es parti, et c’était le jour le plus triste de ma vie. J’ai perdu mon fils chéri. Je sus désolé, je suis fier de toi et de qui tu es. Je t’aime, mon fils.

Soit tu es hétéro, soit tu ne l’es pas. Tu ne peux pas juste choisir qui tu veux. « Je ne suis pas lesbienne, je suis bisexuelle » tu m’as dit. Je croyais que tu ne faisais que chercher à attirer l’attention. Je n’arrive pas à croire comment je t’ai traitée, à rabaisser ta sexualité… Je suis désolée d’avoir essayer de nier ton droit de choisir qui tu aimes. Tu es incroyable, et je suis fière que tu fasses partie de ma vie.

On s’est connu à l’école. On était amis. Puis tu as commencé à t’habiller, et à parler bizarrement. Tu me faisais honte. Et je ne voulais pas me faire tabasser parce que tu avais décidé d’être une fille. Alors j’ai commencé à me moquer de toi aussi. Je t’ai trahie. C’est dur d’être un adolescent, mais être trans, être né dans le mauvais corps… Tu es la personne la plus courageuse que j’ai jamais rencontrée. Je suis fier de toi Nickie.

 

Pride in London a aussi sorti une collection de 30 affiches hautes en couleur pour célébrer les LGBT et montrer que l’amour arrive partout et entre toutes et tous à Londres, comme partout ailleurs. Elles sont toutes signées par des graphistes et des artistes qui ont travaillé bénévolement. Elles seront disponibles à la vente au musée londonien Tate Modern, qui organise cet été une exposition consacrée aux artistes queer anglais, dont nous vous avions parlé dans TÊTU.

pride in london pub lgbtphobes repentis

 

Retrouvez le nouveau TÊTU en kiosque !

« Promenons-nous… » : Au sommaire du numéro de l’été 2017 de TÊTU !

ads