Pink délivre un discours puissant à sa fille
Buzz/People

Pink délivre un discours puissant à sa fille "qui se croit moche" car elle "ressemble à un garçon" (Vidéo)


Cette nuit, l’Amérique a récompensé les ténors de la pop culture en distribuant à chaque lauréat·e·s des MTV Video Music Awards l’éternel trophée d’astronaute « sous lequel peut se cacher un homme, une femme, une personne trans ou non-conformiste », comme le défendait cet été le président de la chaîne.

L’animatrice de la soirée qui se tenait hier dans la banlieue de Los Angeles avait rapidement donné le ton. « The world is on fire » brandissait Katy Pery en guise d’introduction politique à la cérémonie musicale qui a décoiffé la binarité du genre il y a quelques mois (voire l’article ci-dessous).

À LIRE AUSSI :

MTV Awards : actrices et acteurs s’affronteront dans la même catégorie

Nommée pour le Micheal Jackson Video Vanguard Award qui salue l’impact d’un·e artiste sur la culture du vidéo-clip, Pink y a livré une performance explosive mixant les principaux tubes de sa carrière, de « Get The Party Started » qu’elle chantait au début du siècle avec les cheveux roses, jusqu’à l’émouvant « What about you » interprété au milieu de la foule, dont le clip et ses allusions voilées à l’attentat homophobe d’Orlando a dépassé les 10 millions de vues sur YouTube.

À LIRE AUSSI :

Pink revient avec « What about us », un clip coup de poing

« Est-ce que je peux botter le cul d’un gosse de 6 ans ? »

C’est finalement des mains d’Ellen DeGeneres, icône queer des médias US, que Pink a reçu la prestigieuse récompense consacrant l’intégralité de sa carrière, sous les yeux de son mari, le pilote de motocross Carey Hart, et de leur fille de 6 ans, Willow Sage. « Je sais que je n’ai pas beaucoup de temps mais j’aimerais vous raconter une petite histoire », s’est empressé de prononcer la chanteuse de 37 ans après avoir admis qu’elle venait de casser sa statuette.

Il y a peu de temps, j’emmenais ma fille à l’école en voiture. Et tout d’un coup elle m’a dit : Maman, je suis la fille la plus moche que je connaisse. Alors j’ai dit : Hein ?! Et elle a répondu : Oui je ressemble à un garçon avec des cheveux longs. Et là je me suis dit : Oh mon dieu, tu as 6 ans, qui t’as mis ça dans la tête ? Est-ce que je peux botter le cul d’un gamin de 6 ans ? Mais je n’ai rien dit et je suis rentrée à la maison…

Freddie Mercury, George Micheal et Elton John en .PPT

En guise de leçon sur l’acceptation de soi et la déconstruction du genre, la chanteuse raconte qu’elle a réalisé pour sa fille « une présentation Power Point des rocks stars androgynes et des artistes qui ont vécu leur propre vérité. » Pink y a inséré des hommes qui furent moquées pour leur féminité, à l’instar de David Bowie, de Prince ou de Micheal Jackson, des femmes qui furent décrédibilisée car hors des canons habituels, comme Annie Lennox ou Janis Joplin – qui fut élu « mec le plus moche » de son université par ses camarades de fac… – mais aussi des icônes queers : Freddie Mercury et Elton John, dont les coming-out précoces dans la presse américaine ont fait friser les années 70, et George Micheal, sortis du placard par les forces de police à la fin des années 90.

Soit « des gens qui ont probablement essuyé des moqueries tous les jours de leurs vies. Mais qui se sont accrochés, qui ont agité le drapeau et qui nous ont tous inspiré« , selon Pink.

À LIRE AUSSI :

Jim Hutton : Le grand amour secret de Freddie Mercury

Démonstration rhétorique

Je veux vraiment savoir pourquoi tu ressens ça. Tu dis que tu ressembles à un garçon mais à ton avis de quoi j’ai l’air ? Ma fille a dit : Tu es belle. J’ai répondu : Merci, pourtant quand les gens veulent se moquer de moi ils s’emparent de ça, ils disent que je ressemble à un mec, ou que je suis trop masculine, que j’ai trop d’opinions, que je suis trop musclée…

Et de conclure :

Est-ce que tu me vois me laisser pousser les cheveux, transformer mon corps, changer ma manière de me présenter au monde ? Non maman. Est-ce que tu me vois remplir les stades à travers le monde ? Oui maman. Alors non ma chérie, on ne change pas. […] On aide les autres à changer pour qu’ils soient capables de voir d’autres genres de beauté. […] Merci à tous les artistes d’être honnêtes avec vous-même, de nous éclairer la voie et de nous inspirer […]. Et toi, ma petite fille chérie, tu es magnifique.

Un speech accueilli par le sourire de sa fille ce soir-là vêtue d’un smoking veste-pantalon.

P!NK pink p!nk raise your glass we can do it GIF

« So, so what ? I am a rockstar »

« Vu mon look et vu qui je suis je devrais être gay. Je ne le suis pas. Et c’est pourtant parfaitement sensé », déclarait-elle dans The Advocate. Saluée par le magazine LGBT américain comme l’une des rares chanteuses à cultiver les cheveux courts, les tatouages, et l’attitude « butchy » (sic.), Pink posait en couverture du numéro de novembre 2012, en corset noir et crête cup-cake, et rappelait :« Quand je suis arrivée à Los Angeles la première fois, j’ai été cataloguée comme lesbienne. Je n’étais pas homo mais toutes mes copines l’étaient. Un tabloïd a dit que j’avais déclaré être bisexuelle. Or ce n’était pas ma vérité et moi j’aime la vérité. »

Pink Video MTV Awards

En 2015, elle s’impose à nouveau chantre du body positivisme en poussant un coup de gueule numérique contre les haters qui critiquent son poids : « En fait, je me trouve très belle. Alors mes chers amis qui êtes inquiets, ne vous en faites pas pour moi. Je ne m’inquiète pas pour vous. Je vais très bien, je suis très heureuse et mon corps sain, voluptueux et incroyablement fort prend un peu de repos. »

Celle qui dénonce régulièrement la politique de Donald Trump n’avait pas manqué l’opportunité de provoquer le président américain lors des MTV VMAs. Un simple anagramme à l’arrière de sa tenue d’hier battait la mesure de la rébellion dans un soupçon de lèse majesté : « Fump Truck ! »

À LIRE AUSSI :

Viol, sida, sexisme… le puissant discours de Madonna aux Billboard Women in Music

 

Couverture : @pink/Instagram

  • Florian

    Super discours qu’il faudra répéter plus d’une fois à certain.e.s mais ça finira par rentrer un jour.

  • Electre

    « Un simple anagramme à l’arrière de sa tenue d’hier battait la mesure de la rébellion dans un soupçon de lèse majesté : « Fump Truck ! » »

    J’appelle ça une contrepèterie 😀

    En tout cas super maman ^^

ads