Wauquiez, Collomb... Contre la PMA, les sorties nauséabondes reprennent
Actualité

Wauquiez, Collomb... Contre la PMA, les sorties nauséabondes reprennent


De part et d’autre du centre politique, deux hommes s’époumonent au sujet de la procréation médicalement assistée pour toutes les femmes ; comme un vieux relent de la Manif pour tous…

Maintenant que Marlène Schiappa, en plein remaniement par ordonnance du Code du travail, a lancé la cartouche de la procréation médicalement assistée dans l’arène médiatique de Jean-Jacques Bourdin, les réactionnaires s’en donnent à cœur joie.

« Il ne faudra pas laisser traîner le débat de la PMA pour ne pas générer de l’homophobie », nous avait pourtant prévenue la secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes/hommes et de la lutte contre les LGBTphobie, avant de lâcher le morceau en direct, un an avant le commencement des débats.

À LIRE ICI :

Schiappa : « Rien ne nous empêche d’ouvrir la PMA »… mais pas avant 2018

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence LR, veut retirer l’adoption aux homos

« J’appelle à ouvrir les yeux : Sens commun est devenu le cœur des Républicains, quand la droite modérée s’est déportée sur Emmanuel Macron », nous alarmait Frédéric Lefebvre dans une tribune parue dans le Huff Post au début du mois.

Laurent Wauquiez, adjuvant de la Manif pour tous qui brigue maintenant la présidence du parti Les Républicains, a lancé la première hostilité :

Sans surprise, il ramène sous son manteau la rhétorique de Sens Commun, et après avoir pollué le débat en invitant la gestation pour autrui aux côtés du don de sperme, il avance une réécriture de la loi Taubira. Dans une interview pour Valeurs actuelles à paraître jeudi et citée par Le Monde, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes rappelle sa volonté de revenir sur les « lois socialistes », comme il le déclarait en janvier :

On voit bien que la loi Taubira a ouvert une mécanique sur laquelle il est évident qu’il faut revenir. Il ne s’agit pas de démarier les couples de même sexe et le sujet n’est pas la notion de mariage, comme l’a exprimé François Fillon pendant la campagne présidentielle, mais bien de fixer des lignes rouges pour empêcher toute marchandisation et toute remise en cause de la filiation.

Un brouillage des pistes tactiques qui lui permet d’amocher la loi Taubira – et donc d’ouvrir la porte à son abrogation – sur le pan de la filiation. Or, nulle trace de procréation médicalement assistée ni de gestation pour autrui dans le texte de Christiane Taubira; ce que Wauquiez appelle les « dispositions qui conduisent à la GPA et à la PMA », c’est tout simplement le rapport de filiation entre un enfant et un couple homo : « revenir de l’adoption plénière par des coupes de même sexe à une adoption simple (NDLR : où l’adopté conserve tous ses liens avec sa famille d’origine) », voilà ce que propose le favori à la présidence des Républicains. Soit de rendre révocable la paternité des homos, comme le proposait en son temps de campagne François Fillon.

À LIRE ICI :

François Fillon veut retirer l’adoption plénière aux couples homosexuels

Avec la PMA pour toutes, Gérard Collomb craint qu’on ne devienne tous cousins

Autre bord, mais même tirade. Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb – dont on se rappelait, avant son arrivée au gouvernement Philippe, le refus de marier les couples de même sexe – donne de l’écho au discours de l’opposition en déclarant au « Grand Jury » RTL/Le Figaro/LCI :

Vous le savez, qu’on ne retrouve pas à un moment donné des gens qui, parce que vous êtes dans le même endroit et que vous recueillez beaucoup [de dons], puissent se retrouver cousins, dans les mêmes lieux, sans le savoir… (sic)

Si on résume, la PMA pour les couples hétéros, légale aujourd’hui et limitée à un maximum de dix dons par donneur, ne pose pas de soucis. Par contre, si les femmes seules et lesbiennes s’y mettent aussi, c’est toute la population qui risque soudain la consanguinité. Une absurdité remarquée sur les réseaux sociaux :

Une sortie attendue de la part de la droite dure, mais qui surprend de la part de l’homme de gauche. Certains politiques du gouvernement composé autour d’Emmanuel Macron se retrouvent dans cette position incongrue de devoir défendre, au nom de l’exécutif, un cheval de bataille autrefois farouchement combattu. À l’instar du Premier ministre Edouard Philippe, qui cosignait en 2013 une tribune indiquant qu’il était « résolument » opposé à la PMA, du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, opposé de longue date à l’ouverture de la procréation médicalement assistée, ou encore du ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, qui avait déposé un amendement visant à interdire la PMA aux couples de même sexe lors des débats parlementaires sur la loi Taubira.

À LIRE AUSSI :

Le gouvernement Philippe est-il LGBT-friendly et féministe ?

Couverture : montage photo – crédit photo Sens Commun/Flickr et La ville de Montréal/Flickr

  • Jeff Costello

    Petite précision : les réactionnaires n’ont pas attendu la déclaration de Marlène Schiappa pour déclencher les hostilités. Ils ruent dans les brancards depuis l’avis favorable du CCNE.

  • benji

    Collomb a le droit de défendre une politique d’apartheid anti-gay mais on a le droit de le lui reprocher.

  • Patricia L

    Pas besoin d’une DeLorean pour remonter le temps. Il suffit de lancer le débat sur les enfants et les gays et revoilà les relents de naphtaline et de moisi.

  • Nathanaël Meaurel

    Bon , le président veut un vrai débat, et donc avec les homophobes qui auront la parole, puisque dit il, ils ont été humiliés pendant le débat pour le mariage pour tous. Je crains le pire!

ads