Gordon Thomson, qui jouait un homophobe dans
Actualité

Gordon Thomson, qui jouait un homophobe dans "Dynastie", fait son coming out à 72 ans


« Quand j’ai grandi, l’homosexualité était un crime avant d’être classée parmi les maladies mentales », rappelle-t-il après des années de placard.

Gordon Thomson Dynastie coming out
Heather Locklear, Jack Coleman et Gordon Thomson dans Dynastie (1981)

 

Ses plans machiavéliques, sa chevelure casquée et ses rares apparitions sans chemise ont marqué les eighties américains. Dans le soap opera – et ses brushings dantesques assortis – co-produit par Aaron Spelling et devenu l’un des plus célèbres des États-Unis, Gordon Thomson, Canadien, était Adam Carrington, fils disparu puis retrouvé du riche homme d’affaires Blake Carrington. Il a interprété ce rôle de grand méchant en prime time, pendant 7 ans, de 1982 à 1989.

Gay dans le placard pendant les années sida, anti-héros hétéro devant des millions de téléspectateurs, Gordon Thomson a cultivé deux personnages, l’un à l’écran et l’autre dans les coulisses, pendant toute sa vie. Jusqu’à ses 72 ans et une interview pour le Daily Beast. Derrière son récit, c’est en creux l’histoire d’une génération marquée par l’arrivée du VIH, l’homophobie d’État et l’injonction au placard qui apparaît.

Je n’étais pas out, vous voulez rire ? Le show, l’époque, le fait que j’étais au devant de la scène… Non, non, non. Rock [Hudson, qui est apparu dans la série, ndlr] n’a fait son coming out que lorsqu’il est tombé malade. C’était des temps complètement différents.

À LIRE AUSSI :

La ville de Montréal s’excuse du temps où la police raflait les bars gays

« Je suis probablement aussi homophobe que n’importe quel gay de ma génération »

S’il interprétait un hétéro haineux, son frère dans la série, Steven Carrington, fut justement le premier personnage gay de soap opera diffusé en prime time, et interprété par deux acteurs hétéros : Al Corley d’abord, Jack Coleman ensuite (mais le scénario a plaidé une opération de chirurgie esthétique…) Le premier avait en effet quitté la série car on ne lui permettait pas de jouer son rôle sincèrement : son personnage n’avait pas plus de contact avec son petit-ami qu’un serrage de main. Gordon Thomson convient que la représentation de l’homosexualité était parfaitement « bullshit » dans la série, mais assure qu’il n’a jamais envisagé le coming out, qui aurait valu selon lui « suicide professionnel » car en plus de ça « la moitié de l’audience est féminine et la plupart de ces femmes sont hétéros, tout comme le personnage que tu joues dans un feuilleton comme Dynastie.  [Donc] tu es aussi une source de fantasme. »

[L’homosexualité] est quelque chose que je n’ai jamais annoncé. Je présume que le gens savent et maintenant que j’ai l’âge que j’ai, c’est bon. Je n’en parle pas publiquement car je crois que c’est lié à ma génération. Je suis probablement aussi homophobe que n’importe quel autre gay de ma génération en raison de mon parcours.

À LIRE AUSSI :

Nos héros : les premiers coming-out de l’histoire, quand être homo était encore puni

Autres temps, autres mœurs. Lorsque Gordon Thomson rejoint le casting de Dynastie, il a déjà 37 ans, et des années de double-vie derrière lui; ses propres collègues de plateau n’ont même jamais su qu’il était gay.

Quand j’ai grandi, l’homosexualité était un crime, puis ça a été classé parmi les maladies mentales. C’est resté un crime jusqu’à ce que Pierre Trudeau [le père de Justin Trudeau, ndlr] devienne Premier ministre du Canada, quand j’avais 23 ou 24 ans, et j’en avais 30 quand ça a cessé d’être considéré comme une maladie mentale aux États-Unis. Alors tu fais avec. Et alors seulement la honte, le spectaculaire manque de confiance en soi, ont commencé à s’écouler de mon âme.

Gordon Thomson Dynastie coming out

Gordon Thomson le reconnaît sans ambages : son personnage était un « connard homophobe ». Dans la saison 6 de Dynastie, il n’hésite par exemple pas à outer Bart Fallmont, sénateur fréquentant son frère Steven, pour leur nuire. Mais le comédien se montre implacable devant l’ironie de la situation : « Je suis un acteur, c’est mon travail. » D’ailleurs, il déteste la nouvelle version de Dynastie proposée cette année sur CW (qu’il va jusqu’à qualifier de « sombre merde »), où l’homophobie du père Carrington et la censure de l’amour entre hommes sont pourtant gommées. Après près de 200 épisodes de Dynastie, Gordon Thomson a de nouveau campé le rôle du méchant dans Santa Barbara, puis est apparu dans Beverly Hills, Arabesque ou encore Une Nounou d’enfer; on l’aperçoit aussi en Larry Sugarman, le « second plus grand expert de Marcel Proust » dans Little Miss Sunshine, amant du crush de Steve Carell dans le film. Récemment, il terminait le tournage du long-métrage Trapped prévu pour l’année prochaine.

S’il évoque à demi mot une relation longue avec un homme qui s’est terminée à cause de son manque d’estime de soi, l’acteur de 72 ans ne désire « définitivement pas » de vie de couple et se satisfait d’une bande d’amis. « Je ne pense pas en avoir l’énergie et je ne veux pas me déshabiller devant quelqu’un, pas même devant un médecin, sauf si je n’ai vraiment pas le choix. »

Voici la bande-annonce du reboot de Dynastie 2017 :

À LIRE AUSSI :

Coup de Cœur : il décide de faire son coming-out à 95 ans !

  • Marc Rodet

    A l’auteur : serait-il possible de corriger les multiples fautes ? Avoir des phrases correctes devrait être le minimum. Pour ne citer que quelques exemples :

    1) « mais le scénario a plaidé une opération de chirurgie » : le mais est incorrect, puisqu’il n’existe aucune opposition entre les idées. Au contraire, il s’agit du lien direct de cause (deux acteurs différents) à effet (personnage identique). Sinon, comment voudriez-vous expliquer cette situation ?

    2) « qui aurait valu selon lui de « suicide professionnel » car en plus de ça « la moitié de l’audience est  » : il manque au moins une virgule (une après ça, une avant car). Et « ça » pourrait être utilement remplacé par cela (en meilleur français).

    3) Toujours dans la même phrase : qui aurait valu de suicide -> on ne vaut pas de quelque chose, mais quelque chose !

    4) « tu es aussi êtes une source de fantasme » L’une des pires fautes : « tu es aussi êtes. » Comment est-il possible de faire une telle faute ???

    Par ailleurs, la légende de la première photo (en noir et blanc) devrait être modifiée, pour qu’il soit possible d’identifier les personnes (la version actuelle ne permet pas de dire qui est qui…).

ads