Abo

buzzEnvisager "la possibilité saphique" de Swift, un crime de lèse-Taylor ?

Par Tessa Lanney le 12/01/2024
La possible queerness de Taylor Swift fait l'objet d'un article dans le "New York Times"

Le New York Times s'est attiré une volée de bois vert internationale après avoir publié un billet dans lequel une journaliste explore l'idée que Taylor Swift appartienne à la communauté queer mais qu'elle ait choisi de s'en ouvrir autrement que par un coming out. Avec cette question : sommes-nous à jamais coincé·es dans une société où les personnes LGBT+ doivent s'avouer publiquement ?

Notre chère Taylor Swift aurait-elle saupoudré dans son œuvre, sous notre nez, un coming out ? C'est l'hypothèse qu'examine un long billet publié le 4 janvier par le New York Times, intitulé "Regardez ce qu’on a poussé Taylor Swift à faire" ("Look What We Made Taylor Swift Do"). La journaliste Anna Marks y échafaude une théorie selon laquelle l'actuelle reine de la pop mondiale ferait partie de la commu, mais aurait choisi de ne pas en faire état sous les formes habituelles, explorant ce que cela impliquerait… À la lecture du papier, l'équipe de la chanteuse en a craché son café, jugeant que le journal était allé trop loin en spéculant sur la sexualité de l'artiste. "Il ne semble y avoir aucune frontière pour certains journalistes lorsqu'ils écrivent sur Taylor, même si cela est envahissant, faux et inapproprié – le tout sous le voile protecteur d'un 'article d'opinion'", cingle auprès de CNN Business une personne de son entourage sous le couvert de l'anonymat. Une réaction étonnamment vive, alors que Taylor Swift est régulièrement l'objet de théories bien plus infamantes que celle de son identité queer, laquelle d'ailleurs existe déjà depuis longtemps chez les fans ; elle a même un nom, le "gaylorisme". Mais la polémique était lancée, s'étendant comme une traînée de poudre dans la presse mondiale. Alors, le NYT s'est-il rendu coupable de lèse-TayTay ?...