Drôles et sexy : les calendriers 2018 des hommes-sirènes, des taxis new-yorkais et des commerçants du Nord
Beaux Mecs

Drôles et sexy : les calendriers 2018 des hommes-sirènes, des taxis new-yorkais et des commerçants du Nord


Oubliez (un peu) les bodybuildés du Stade Français, ou les duos chats-pompiers qui dégoulinent de mignonnerie, voici trois calendriers fun (mais néanmoins sexy) pour bien commencer 2018 !

 

Les hommes-sirènes canadiens

Qui pense que les sirènes ne sont que des femmes-poissons qui vivent dans les eaux tropicales ? Les canadiens barbus et moustachus du Newfoundland and Labrador Beard & Moustache Club prouvent le contraire, dans un calendrier à poil et à écailles !

Ces aficionados de la pilosité faciale ont enfilé des queues à paillettes dans le but de recueillir des fonds pour l’association Spirit Horse NL. Derrière ce drôle de nom, un programme thérapeutique qui cherche à aider les personnes atteintes de problèmes de santé mentale à surmonter leurs difficultés en se basant sur la thérapie animale avec des chevaux.

Quel rapport avec les sirènes ? Aucun… Sinon que le calendrier comporte des hippocampes, le fameux cheval de la mer…

500 calendriers ont déjà été précommandés, au prix de 25 dollars.

 

Les taxis new-yorkais

Pourquoi n’existe-t-il toujours pas de compagnie de taxis nus ? La question posée, on se dit que les chauffeurs de taxi new-yorkais ont tout compris pour nous faire préférer leurs « yellow cabs » aux autres Uber…

Les bénéfices récoltés avec la vente de ces calendriers seront reversés au « University Settlement » qui est la plus vieille maison d’insertion des États-Unis, situé dans la « Big Apple ». Celle-ci accompagne, en matière d’éducation et de social, les migrants et les familles en difficulté financière.

Calendrier en commande sur le site dédié.

 

Les commerçants du Nord

Treize artisans, commerçants ou entrepreneurs de la ville de La Bassée, à côté de Lille, ont posé à poil pour un calendrier 2018 dont les fonds seront reversés au Téléthon. Parmi ceux qui se surnomment eux-même « Les vieux du stade », on découvre Adrien et Philippe (cavistes), Christophe (peintre en bâtiment), Franck (patron de bar), Frédéric (ambulancier), Hervé (contrôleur technique), Jonathan (ouvrier du bâtiment), Ludovic (patron d’un café-brasserie), Romain (réparateur moto), Sébastien (coiffeur) et Tung Tran (restaurateur).

Les photos sont de Jean-Christophe Hecquet. Contact via l’union des commerçants de la ville de La Bassée : ville-labassee.fr/cadre-de-vie/economie/union-commerciale/

 

À LIRE AUSSI :

Photos : Ces rugbymen montent au front, sans leur froc

ads