Actualité

Pologne : des activistes LGBT+ poursuivis pour "profanation" d'un symbole national


Le ministre polonais de l’Intérieur, Joachim Brudziński, a autorisé les forces de l’ordre à poursuivre les personnes LGBT+. Il les accuse d’avoir « profané un symbole national », l’aigle blanc du blason, en le transformant aux couleurs arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT+.

L’aigle blanc du blason polonais en version arc-en-ciel, on adhère, forcément. Mais le ministre de l’Intérieur, pas vraiment. Dimanche 8 juillet 2018, plusieurs militants ont eu la bonne idée de détourner le symbole national sur les drapeaux LGBT+, lors de la première marche des fiertés d’une ville du sud de la Pologne, Częstochowa. Un acte politique qui n’est pas passé auprès de certains internautes. Sur Twitter, ils dénoncent une profanation qui n’aurait pas été réprimée par la police. Dimanche 8 au soir, quelques heures seulement après la fin de la marche, Joachim Brudziński, le ministre de l’Intérieur polonais, a pris ses dispositions et annoncé dans un communiqué publié sur son compte Twitter, que « des poursuites seront menées pour insulte et profanation du symbole national ». 

 

https://twitter.com/piotr_a_zywien/status/1016061369937022982

Un délit passible d’un an de prison

Pour l’instant, aucune procédure judiciaire n’a commencé. Ceux ayant été vus avec un drapeau sur lequel on pouvait clairement distinguer un aigle blanc arc-en-ciel, peuvent tout à fait être poursuivis par la justice pour profanation d’un symbole national. Un délit sanctionné par le code pénal polonais : « Quiconque insulte, détruit ou endommage un emblème, un drapeau, une bannière ou tout autre symbole de l’Etat, sera soumis à une amende, une restriction de liberté ou une peine de prison pouvant aller jusqu’à un an ».

Les personnes LGBT+ ne seraient pas les premières à être poursuivies par la justice polonaise pour profanation du drapeau. En mai 2016, un jeune homme allemand âgé de 26 ans, visiblement en état d’ébriété, avait été arrêté par la police pour avoir jeté et déchiré le drapeau polonais. Sanctionné par une amende, il a été condamné à payer 350 euros.

Des menaces qui répriment chaque jour un peu plus la communauté LGBT+ en Pologne, l’un des rares pays européen à interdire constitutionnellement toute forme d’union légale entre personnes de même sexe.

 

Crédit : capture Twitter. 

ads