facebook

PMA pour toutes : les lesbiennes, grandes absentes des médias

Alors que le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) a rendu un avis très attendu sur la PMA ce mardi 25 septembre, les lesbiennes, principales concernées, restent majoritairement absentes des plateaux télé. Dans un communiqué publié ce mercredi 26 septembre, l'AJL, association des journalistes LGBT, s'inquiète du traitement médiatique de la PMA pour toutes et exhorte les journalistes à ne pas commettre les mêmes erreurs qu'en 2013, lors des débats sur le mariage pour tous.

« PMA pour toutes : où sont les voix des lesbiennes ? » Dans un communiqué publié ce mercredi 26 septembre, l'AJL, association des journalistes LGBT, s'inquiète du traitement médiatique autour de l'avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE). La veille, ce dernier s'est de nouveau prononcé en faveur de l'ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes célibataires. Pourtant, les principales concernées restent majoritairement absentes des plateaux télé, et plus généralement, de l'ensemble des médias abordant le sujet.

Des hommes, toujours des hommes

« Le constat est simple : le nombre de femmes invitées à s'exprimer sur l'extension de la PMA est très faible, tandis que les hommes et les opposant·e·s à l'évolution du droit – La Manif pour tous et l'Église catholique en tête – sont de tous les plateaux », alerte l'association. A titre d'exemple, Monseigneur Michel Aupetit, archevêque de Paris, était invité à s'exprimer sur la question sur RTL, le 24 septembre dernier. Le jour même, Ludovine de La Rochère, présidente de la Manif pour tous, était interviewée par Jean-Pierre Elkabbach sur CNEWS.

Ce mercredi 25 septembre, Alice Coffin, co-fondatrice de la conférence européenne lesbienne, était invitée sur CNEWS. Mais seule, entourée de quatre hommes.

https://twitter.com/LesDegommeuses/status/1044681033801699328

Et pas plus tard que ce matin, mercredi 26 septembre, France Inter donnait la parole à Dominique Quinio, membre du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) et René Frydman, gynécologue-obstétricien. Un choix d'invités qui invisibilise encore un peu plus la parole des premières concernées sur le sujet.

Les lesbiennes, très peu contactées par les médias

À l'inverse, les femmes célibataires souhaitant bénéficier d'une PMA et les lesbiennes ont été peu sollicitées. Même si certains médias ont fait des efforts notables, l'AJL, qui avait publié, en janvier 2018, un guide pratique à destination des journalistes, regrette « une paresse et une irresponsabilité généralisées des professionnel·le·s des médias ».

Et pour le vérifier, quoi de mieux que de demander aux principales concernées ?

L'association a contacté une vingtaine de femmes, majoritairement lesbiennes, facilement identifiables sur la question de la PMA. Elles ont déjà pris la parole publiquement à ce sujet, ont écrit des livres, réalisé des documentaires, et sont pour certaines - ou ont été - en plein parcours de PMA. Résultat : une infime minorité a été sollicitée.

« Je pense que l’opinion des concernées ne les intéresse pas », commente Émilie Jouvet, qui a notamment réalisé « Aria », un film sur son parcours de PMA, et qui fait partie des femmes contactées par l'AJL.

Sur 19 femmes, seules trois ont été sollicitées

Dans la liste, « seules Laurence Vanceunebrock-Mialon, députée, Caroline Mécary, avocate, Martine Gross, sociologue de l’homoparentalité (EHESS), ont été sollicitées, toutes trois cette semaine. Contre combien d’évêques, de représentant·e·s de mouvements idéologiques conservateurs, et d’hommes de tous bords confondus ? », alarme l'association.

Toutes les autres, 16 au total au moment de la publication de cet article, ont affirmé n'avoir été contactées par aucun média, tout support confondu, depuis l'été. Parmi elles, la championne de tennis Amélie Mauresmo, qui a eu recours à une PMA avec sa compagne.

Ces femmes, directement concernées et plus que légitimes en la matière, seraient pourtant, pour la plupart, ravies de répondre à des médias souhaitant aborder la PMA. Voire : elles n'attendent que ça. À bon entendeur.

A LIRE AUSSI : Le Comité national d’éthique dit oui à la PMA pour toutes, mais pas à la GPA

Crédit photo : capture d'écran CNews.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail