facebook

L’acteur homophobe Kevin Hart choisi pour présenter les Oscars

L'acteur et humoriste américain Kevin Hart a été choisi pour présenter la 91e cérémonie des Oscars le 24 février 2019 à Hollywood. Mais des tweets homophobes du comédien ont refait surface et prouvent qu'il n'a pas le costume taillé pour le job.

Un maître de cérémonie homophobe ? C'est ce que l'Académie des Oscars a choisi pour animer la cérémonie du 24 février prochain à Hollywood. Entre 2009 et 2011 l'acteur, Kevin Hart, qui a notamment joué dans "Jumanji : Bienvenue dans la Jungle" ou dans "Back to school", avait tenu des propos homophobes, que certains internautes ont exhumé ces derniers jours.

Une série de propos discriminants, tenus aussi bien sur le réseau social, que durant ses spectacles.

Des tweets homophobes

"Si mon fils rentre à la maison et joue avec les poupées de mes filles, je les fracasserai sur sa tête en lui disant 'arrête de faire ça, c'est gay'", a-t-il notamment tweeté le 11 janvier 2011.

"Pourquoi est-ce que @wayne215 a autant de photos de moi sur son téléphone ? Qu'est-ce que tu es ? Un gros pédé qui prend des photos de petits hommes noirs toute la journée ?", écrit-il le 22 juillet 2009.

https://twitter.com/benfraserlee/status/1070413541012893696

Des propos nauséabonds, que l'humoriste n'a même pas pris la peine de supprimer. Certains internautes n'ont pas hésité à exprimer leur colère sur le réseau social suite à sa nomination en tant que maître de cérémonie :

https://twitter.com/Kimaluli/status/1070229045453905921

Un stand-up homophobe

Trois ans après la polémique #OscarsSoWhite, sur le manque de représentation des minorités dans les nominations, le choix de Kevin Hart s’inscrit dans la volonté de l’Académie de s’ouvrir à la diversité. C'est raté.

Car au-delà des tweets, l'humoriste ne s'est pas privé de faire des "blagues" homophobes dans son stand-up "Seriously Funny", sorti en 2010.

"L'une de mes plus grandes peur est que mon fils devienne gay. Je ne suis pas homophobe, je n'ai rien contre les homosexuels, soyez heureux. (...) En tant qu'homme hétéro, si je peux empêcher mon fils de devenir gay je le ferai."

Interviewé à ce sujet par le magazine Rolling Stones en 2015, le comédien s'était piètrement expliqué : "Je ne referai pas cette blague, car je l'ai faite à une époque qui n'était pas aussi sensible qu'aujourd'hui."

Difficile de comprendre comment l'Académie des Oscars peut sérieusement envisager de montrer un visage plus inclusif en faisant de cet homophobe le maître de cérémonie.

Crédit photo : compte Facebook.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail