beaux mecsSix bonnes raisons de vouloir épouser Russell Tovey

Par Antoine Patinet le 14/05/2019
Russel Tovey

L'acteur Russell Tovey fait son retour sur petit écran avec la nouvelle série du créateur de "Queer as Folk", "Years and Years". Une nouvelle qui nous réjouit, et qui nous rappelle qu'on aimerait bien lui demander sa main. Voilà pourquoi.

La plupart d'entre nous l'ont découvert avec le rôle de Kévin dans "Looking", et n'ont pas été insensibles à son charme de bad boy anglais. Après un rôle dans les saisons 2 et 3 de la série populaire "Quantico", Russel Tovey revient sur le petit écran dans la nouvelle série du créateur de "Queer as Folk", "Years and Years". Elle sera diffusée ce mardi 14 mai sur la BBC et HBO, et à partir de mercredi 15 mai sur MyCanal.

A LIRE AUSSI : Les premières images de Russell Tovey dans la nouvelle série du créateur de Queer as Folk 

Dans cette dystopie, acclamée au Festival Canneséries, l'acteur anglais, ouvertement homosexuel, interprétera Daniel, l'un des trois enfants de la famille Lyons, dont le quotidien va être bouleversé par les hommes politiques, la technologie et la crise économique. L'acteur y côtoiera la plus talentueuse de ses compatriotes, Emma Thompson, qui interprétera une femme politique controversée. La série comptera six épisodes, qui représenteront 15 ans de vie pour la famille Lyons.

Une fois n'est pas coutume, le personnage joué par Russell Tovey sera gay, et l'on sait déjà à la bande-annonce qu'il va se marier. Ce qui nous amène à notre premier argument pour justifier notre amour pour ce mec.

1. Il est abonné aux rôles d'homos, et ça ne le dérange pas

via GIPHY

Et oui, son personnage remarqué dans "Looking" n'est pas la seule fois où l'acteur anglais a joué de notre côté du terrain. En 2014, il faisait une brève apparition dans "Pride", où des activistes gays et lesbiennes collectent des fonds pour aider les familles des mineurs britanniques. En 2016, dans "The Pass" le premier film de Ben A. Williams, il interprète un footballeur dont la vie va être bouleversée par un simple baiser avec l'un de ses co-équipiers. Dans "Quantico", il est l'ami, le confident homosexuel. Surtout, plus récemment, il est devenu "The Ray" le premier super-héros gay du petit écran, dans les séries de CW "The Flash", "Supergirl", "The Green Arrow" et "Legends of Tomorrow".

Pour autant, cela n'empêche pas les studios de lui proposer des rôles d'hommes hétérosexuels, comme dans la série "Him and Her", ou la sitcom comique "The Job Lot". Mais aujourd'hui, il semble ne plus avoir envie de jouer autre chose que des personnages gays. "Il n'y a pas qu'une seule façon de jouer une personne hétérosexuelle, ou une seule histoire à raconter. Il y a aussi un milliard d'histoires fantastiques à créer avec des personnages homosexuels. Un milliard d'aventures possibles, expliquait-il l'an dernier au magazine canadien InPendant longtemps, en tant que jeune acteur, j'angoissais de savoir si je pouvais avoir des rôles d'hétéros. Et maintenant je sais que ce n'est pas nécessaire. Les rôles de gays me plaisent davantage. Être gay a fait ma carrière."

 

2. Il est gay, et fier de l'être

https://www.instagram.com/p/BtWG64XAu5w/

Car Russell Tovey n'a jamais caché son orientation sexuelle. Et raconte l'histoire de son coming-out à qui la demande. " J'ai toujours su, raconte-t-il au Guardian. Mais on ne sait jamais vraiment jusqu'au moment où on se dit 'tiens, c'est ça qui me rend plus heureux'." Quand il l'annonce à ses parents, à 18 ans, son père a essayé de le convaincre d'être hétéro, de faire une thérapie aux hormones, un traitement de choc, "toutes ces choses horribles que l'on voit." Pour autant, il n'en a jamais voulu à sa famille : "On veut que ses enfants soient parfaits, et à cette époque, ça paraissait être une imperfection."

En 2015, une sortie de Russell Tovey dans une interview à The Observer lui a pourtant valu d'être violemment critiqué par la communauté LGBT. Il y racontait notamment avoir fait beaucoup de sport après une attaque homophobe, et se rappelait la réticence de son père à l'envoyer dans une école où l'on enseignait le théâtre. "J'aurais pu être plus efféminé si j'étais allé dans une autre école que la mienne. Si j'avais été détendu, que j'avais pu me déplacer en sautillant et chanter dans la rue, je serais probablement quelqu'un d'autre aujourd'hui. Je remercie mon père de ne m'avoir pas permis de prendre ce chemin." 

"On est tous dans le même bateau"

Après cette sortie qualifiée de follophobe, son image de grand frère et de mari idéal en prend un coup. Ses excuses ne convainquent pas tout le monde. "Je suis attristé qu'une citation inarticulée et mal écrite puisse faire de moi le pire gay de l'histoire. Si vous vous êtes senti personnellement trahi, je suis désolé, ce n'était pas mon intention. Je suis fier d'être qui je suis, et je suis fier des autres. On est tous dans le même bateau." 

Aujourd'hui, il est impressionné de voir comme les jeunes générations semblent s'ouvrir davantage. Et l'accepter, aussi. "J'ai rencontré pas mal de gamins qui ont fait leur coming-out à l'école, et je suis là : 'Quoi ? Tu as fait ton coming-out à l'école ! Tu t'es fait harcelé ? ' Et les gosses répondent non !" 

Russel Tovey
Russel Tovey et Steve Brockman  Crédit photo : Instagram Russel Tovey

Entre 2016 et 2018, Russell Tovey était en couple avec le rugbyman Steve Brockman. Tous les deux exposaient leur bonheur musclé et barbu sur Instagram, générant des crises d'hystérie chez les gays du monde entier. Depuis leur séparation, officialisée au mois de juin de la même année, on espère toujours secrètement que l'on va croiser Russell au rayon bio de notre Franprix.

3. Parce qu'il a les plus belles oreilles du monde (rien que ça)

https://www.instagram.com/p/BnVdULxHRlB/

Parce que c'est ça aussi, c'est difficile de résister. On a toujours bien aimé le côté gueule cassée, les oreilles décollées et les yeux bleus un peu tombants qui lui donnent l'air triste. Pourtant, ce n'était pas gagné. Enfin, c'est lui qui le dit. Il a failli quitter son premier rôle à cause de ses problèmes d'acné. "Ma peau était horrible. Ça m'affectait vraiment psychologiquement, confie-t-il au Guardian. Tu passes au maquillage, et tu les vois peindre chaque bouton. C'est vraiment horrible pour la confiance en soi."  Un traitement adapté lui a donc redonné une peau toute lisse, et sa confiance en lui.

Pour ses oreilles, c'est tout le contraire. Il n'a même jamais pensé à les faire recoller. "J'ai toujours aimé mes oreilles. Mon plus vieux neveu a les oreilles décollées, et maintenant il est très fier, parce qu'il a les oreilles de son oncle. C'est ma marque de fabrique." Ce sont les petits défauts qui font les grands charmes, comme dit le proverbe (que l'on vient d'inventer).

4. Parce qu'il est fan d'art contemporain

https://www.instagram.com/p/BvKC8Ewg09t/

Il en a même fait un podcast. Avec le marchand d'art Robert Diament, il reçoivent chaque semaine des artistes, curateurs et galleristes, ou même des amis talentueux de la musique ou du cinéma, pour parler peinture, sculpture, happening et concepts. Preuve qu'on peut avoir un abonnement à la salle de sport, une tête bien faite, et un coeur sensible à la beauté.

 

5. Parce qu'il a l'air d'être un papa parfait

https://www.instagram.com/p/BxKRp4-AL_7/

En tout cas, avec son bulldog français Rocky, aka The Rock pour les intimes. Il pose régulièrement en compagnie de son ami à quatre pattes et l'emmène en interview, où celui-ci gratifie les journalistes d'un coup de langue ou deux. Et plus encore. Le journaliste du Guardian raconte que Rocky a tenté de se soulager sur sa jambe. Avant que l'acteur l'en empêche en s'excusant. "C'est pas facile d'être un bulldog français. Si tu es un humain et que tu as envie de sexe, tu peux faire quelque chose. Mais si tu es un chien, il n'y a rien à faire, si ? Rocky ne peut pas se toucher l'entrejambe." 

Une petite blague coquine, qui nous amène à notre dernier argument.

 

6. Parce que.

Dans son dernier portrait pour The Times, il confiait : "Je sais que je vais retrouver l'amour". Ne cherche plus, Russell, et prends le prochain Eurostar.

Crédits photo : Instagram / Russel Tovey.