Aux États-Unis, les thérapies de conversion pourraient toucher 20.000 adolescents avant leurs 18 ans

Selon une étude publiée dans une revue de médecine américaine, 20 000 adolescents vont subir une thérapie de conversion avant leurs 18 ans.

Il y a urgence pour les adolescents LGBT+ américains. Cette fois-ci, c’est une très sérieuse étude de médecins américains, publiée dans la revue New England Journal of Medicinequi tire la sonnette d’alarmeSelon eux, 20 000 adolescents américains seront soumis à une thérapie de conversion avant leurs 18 ans. La pratique s’appuie sur une « science manifestement fausse », écrit notamment les auteurs.

« La thérapie de conversion est enracinée dans la notion que toute inclination non hétérosexuelle est une pathologie nécessitant un traitement curatif », ajoutent-ils.

À LIRE AUSSI : Un célèbre mormon, pratiquant des « thérapies de conversion », fait son coming-out gay

« Ces pratiques doivent cesser »

Le Dr Carl Streed, médecin et coauteur de l’étude, a réaffirmé dans un communiqué la nécessité d’interdire ces pratiques. « En termes simples, elles doivent cesser. (…) En raison du manque de réglementation sur ces ‘thérapies’, tous les jours, de nombreux adultes et enfants continuent d’être escroqués, blessés et traumatisés. »

Selon une autre étude publiée en janvier 2018, près de 700.000 adolescents LGBT auraient subi une thérapie de conversion aux États-Unis.

« En plus des problèmes de santé, ces pratiques représentent également un lourd fardeau économique pour les personnes LGBTQ et le pays en général », a déclaré le docteur Carl Streed.

À LIRE AUSSI : Rencontre avec l’auteur de « Boy Erased », survivant d’une « thérapie de conversion »

Une pratique trop peu interdite

Les auteurs ont souhaité attirer l’attention sur le fait que les thérapies de conversion ne sont pas encore interdites dans tout le pays. À ce jour, seuls 18 États américains ont adopté des lois interdisant ces pratiques aux personnes de moins de 18 ans. Aucun État n’a interdit les « thérapies » adressées aux adultes.

En France, la députée LREM Laurence Vanceunebrock-Mialon souhaite rendre ces pratiques illégales. En avril 2018, elle déclarait avoir rédigé une proposition de loi en ce sens. Elle a annoncé le 10 juillet dernier l’ouverture d’une mission d’information sur « les pratiques prétendant modifier l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne » par la commission des lois de l’Assemblée nationale.

À LIRE AUSSI : Cette députée veut mettre fin aux « thérapies de conversion » en France

Crédit photo : Sundance Institute pro.

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail