facebook

Sam Smith veut désormais qu’on utilise un pronom de genre neutre

Sam Smith

Après son coming-out non-binaire, Sam Smith demande désormais à ce qu'on utilise les pronoms neutres pour parler de iel. Et certains ont du mal...

Sam Smith qui a fait son coming-out non-binaire veut désormais qu'on utilise des pronoms non-genrés pour le désigner. Dans un post instagram publié ce weekend, l'interprète de "How Do You Sleep" a demandé à ce qu'on utilise les pronoms "They/Them" pour le désigner, au lieu de "he/she".  Un soulagement pour l'artiste qui raconte avoir passé "sa vie a être en guerre avec son genre". 

View this post on Instagram

Today is a good day so here goes. I’ve decided I am changing my pronouns to THEY/THEM ❤ after a lifetime of being at war with my gender I’ve decided to embrace myself for who I am, inside and out. I’m so excited and privileged to be surrounded by people that support me in this decision but I’ve been very nervous about announcing this because I care too much about what people think but fuck it! I understand there will be many mistakes and mis gendering but all I ask is you please please try. I hope you can see me like I see myself now. Thank you. P.s. I am at no stage just yet to eloquently speak at length about what it means to be non binary but I can’t wait for the day that I am. So for now I just want to be VISIBLE and open. If you have questions and are wondering what this all means I’ll try my best to explain but I have also tagged below the human beings who are fighting the good fight everyday. These are activists and leaders of the non binary/trans community that have helped me and given me so much clarity and understanding. @tomglitter @munroebergdorf @transnormativity @alokvmenon @katemoross @glamrou @travisalabanza @twyrent @chellaman @jvn @lavernecox @stonewalluk @glaad @humanrightscampaign @mermaidsgender Love you all. I’m scared shitless, but feeling super free right now. Be kind x

A post shared by Sam Smith (@samsmith) on

"Tout ce que je vous demande, c'est d'essayer"

"Je me sens privilégié d'être entouré de gens qui me soutiennent dans cette décision, mais j'ai été très nerveux à l'idée d'annoncer ça, parce que j'accorde trop d'importance à ce que les gens pensent de moi."  Pour autant, iel ne s'estime pas encore assez légitime pour devenir un modèle de non-binarité. "Je n'en suis pas encore à répondre à ce que cela veut dire d'être non-binaire, mais j'ai hâte du jour où je le serais. Pour l'instant je veux seulement être VISIBLE et ouvert. Si vous avez des questions et vous demandez ce que tout cela veut dire, je ferai le maximum pour pour vous expliquer, mais je taggue juste en dessous de ce post les personnes qui se battent pour la bonne cause tous les jours. Ce sont des activistes, des leaders de la communauté non-binaire/trans, qui m'ont beaucoup aidé à comprendre." 

"Je sais qu'il y aura beaucoup d'erreurs et de mégenrages, mais tout ce que je vous demande, les amis, c'est d'essayer. S'il vous plaît. J'espère que vous pouvez maintenant me voir comme je me vois." Iel ne croyait pas si bien dire. Peu après son post Instagram, un éditorialiste du Daily Telegraph l'a mégenré 7 fois dans le même paragraphe, provoquant la colère des internautes.

"Mon père m'a envoyé cet article horible qui mégenre Sam Smith SEPT fois dans le paragraphe d'introduction." 

Pour les personnes non-binaires, en France, on utilise le pronom "on" ou "iel". Mais l'Académie Française refuse encore de reconnaître ces nouveaux usages...

 

 

Crédit photo : capture Instagram


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail