Les portraits du New York queer d’Andy Warhol exposés pour la première fois

Des portraits inédits de figures du New York queer des années 70 vont être exposés lors de la rétrospective Andy Warhol, au Tate Modern de Londres. Et parmi elles, l’emblématique Marsha P. Johnson.

Des pièces historiques et jamais vues. Pour la première fois, une rétrospective consacrée au maître du pop art Andy Warhol va exposer des portraits inédits de figures du New-York LGBT des années 70. C’est ce qu’a annoncé hier le musée du Tate Modern, à Londres dans un communiqué de presse. Une pièce entière sera consacrée aux vingt-cinq portraits de drag queens et de femmes transgenres afro et hispano américaines réalisés par le plus célèbre des artistes du XXe siècle. Des oeuvres qui, pour la plupart, n’ont jamais été présentées au public.

Ces portraits faisaient partie de la série « Ladies and Gentleman », commandée en 1974 à l’artiste par le vendeur d’art Luciano Anselmino. A l’époque, Andy Warhol venait de perdre l’une de ses muses, Candy Darling, actrice trans’ emblématique de la Warhol Factory. Ils sont alors cherché des modèles dans un club sur Time Square, offrant 50$ à qui voulait poser. Plus de 250 portraits ont été réalisés, témoignant de l’incroyable scène queer du New-York des années 1970’s.

Un projet émouvant

Selon Gregor Muir, l’un des commissaires de l’exposition cité par The Guardian, les portraits prenaient la poussière depuis des années. « C’est une série pourtant remarquablement contemporaine, que les gens ne connaissent pas. C’est encore plus émouvant à regarder aujourd’hui, sous le prisme du récent anniversaire des émeutes de Stonewall. Je pense que ce projet était très important pour Andy Warhol. » 

Parmi les portraits, on retrouve en effet l’activiste trans Marsha P. Johnson. La légende voudrait qu’elle ait jeté la première brique sur les forces de l’ordre, lors de la descente de police au Stonewall Inn, ce soir de juin 1969.

A LIRE AUSSI : Deux femmes transgenres emblématiques de Stonewall vont avoir un monument à New York

 

Puisque vous êtes ici… Nous avons une petite faveur à vous demander.

Vous êtes de plus en plus nombreux à lire TÊTU et nous en sommes très fier.e.s. Mais vous le savez sûrement, faire du bon journalisme, un journalisme LGBT différent, honnête, de qualité, et critique coûte de l’argent.Et contrairement à la majorité des médias, TÊTU n’appartient pas à un grand groupe de presse. TÊTU est un média indépendant. Si vous aimez ce que vous trouvez dans nos pages. Si vous pensez qu’un média LGBT+ doit exister en France. Si vous êtes exigeant et voulez découvrir des contenus plus ambitieux. Aidez-nous à faire un bon média.

Abonnez-vous à TÊTU à partir de 5,90€/mois. Merci !

Je soutiens TETU

Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail