facebook

Cœur de Pirate : « La communauté LGBT+ a toujours fait partie de moi »

Alors que les mesures anti-Covid se durcissent en France comme au Québec, la chanteuse montréalaise ne se laisse pas aller et signe un retour en force et en (grande) forme. TÊTU lui a parlé.

Personne n'aurait pu anticiper cette année 2020. Certainement pas Cœur de pirate en tout cas, même si ça ne l'a pas empêchée d'être productive. Elle le prouve avec "T'es belle", un nouveau titre bienfaiteur qui germait dans sa tête depuis un petit bout de temps. Avec ce morceau, l'artiste québécoise prolonge sa trajectoire féministe et laisse augurer un prochain album plus incisif, plus frontal. En direct de Montréal, Béatrice Martin – son nom à la ville – a bien voulu parler à TÊTU de ses projets à venir mais s'est également confiée sur son rapport inébranlable avec la communauté LGBT+ et l'importance de l'inclusivité en tant que personne privilégiée. Rencontre (par visio).

Où es-tu à ce moment précis ?

Je suis à Montréal en ce moment, il n'y fait pas très beau d'ailleurs [rires].

C'est la même chose à Paris, je te rassure ! Comment se sont passés ces derniers mois ?

Tous les concerts ont été arrêtés et ça va durer techniquement pendant encore un mois, même si je pense que ça va être plus. Tout a été un peu fou. En plus de ça, il y a eu une vague de dénonciations assez majeure dans le monde du spectacle au Québec. Ça a vraiment fait un énorme ménage. En tout cas, plein de gens ont perdu leur visibilité et leur travail. Ce n'est pas plus mal, d'une certaine façon, mais je me dis que tout ça arrive parce que les gens ont un ras-le-bol collectif de cette année, de tout en général. C'est l'année du grand changement.

Tu es revenue avec "T'es belle", un nouveau single qui sonne comme un doigt d'honneur tout en poésie aux injonctions faites aux femmes. Tu peux m'en dire plus sur ce qui t'a poussée à écrire ce morceau ?

En fait, ce morceau-là, ça fait longtemps que je l'ai écrit. C'est parti d'un truc tout bête. Il y avait pas mal de messieurs qui laissaient des commentaires sous mes photos sur Instagram et qui disaient "t'es plus belle quand tu souris". Au début, c'est énervant. Mais ce que j'ai compris, c'est que la femme, pour être acceptée en société ou aimée, il faut qu'elle ait l'air avenante, qu'elle soit dans la séduction, qu'elle soit prête à tout. Et ça en dit long sur ce qu'on impose à la femme et ça m'a fait de la peine. Dans la chanson, c'est très direct. J'ai déjà écrit des chansons plus imagées, plus poétiques, mais là je me suis dit que pour faire passer un message et pour en rire aussi, il fallait le faire de cette façon-là....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail