drapeau arc-en-cielLe joueur de foot britannique Jamie Vardy explose un drapeau arc-en-ciel, les internautes se déchaînent

Par Nicolas Scheffer le 07/12/2020
foot

Ce dimanche 6 décembre, Jamie Vardy a littéralement explosé un drapeau arc-en-ciel pour célébrer un but. Si son intention ne semble pas homophobe, le geste a donné lieu à de très nombreux commentaires homophobes.

Le symbole est désolant. Pour célébrer son but contre Sheffield United, Jamie Vardy a détruit un poteau de corner... aux couleurs de l'arc-en-ciel. Si le joueur de foot de Leicester City n'avait vraisemblablement pas d'intention homophobe (ce ne serait, à priori, pas la première fois qu'il s'en prend à un poteau de corner pour célébrer un but), ses fans s'en sont donnés à cœur joie sur les réseaux sociaux.

À LIRE AUSSI - Antoine Griezmann : « L’homophobie dans le football, ça suffit ! »

Une campagne contre l'homophobie dans le foot

Pour lutter contre l'homophobie dans le foot, le stade King Power avait choisi d'arborer les couleurs de l'arc-en-ciel pour ce match. Le capitaine de l'équipe avait également pu mettre un brassard aux couleurs des droits LGBT+. "Leicester City croit fortement que le football est pour tout le monde et devrait être accueillant à la communauté LGBT+ à tous les niveaux. Nous sommes fiers de soutenir une campagne qui envoie un message fort au monde du foot", s'enorgueillit le club de Premier League dans un communiqué avant le match.


Sauf que ce dimanche, à la 90ème minute, emporté par un but décisif, l'attaquant Jamie Vardy détruit littéralement l'un de ces drapeaux. La vidéo est impressionnante et le geste lui aura d'ailleurs valu un carton jaune. Pour les fans, le message est simple, comme le résume un internaute : "nique les pédés".

Sur Twitter, "dictature arc-en-ciel"

Certes Jamie Vady a replacé le drapeau arc-en-ciel par un autre tout neuf, mais le mal est fait. Sur Twitter, le déchaînement homophobe est spectaculaire à base de "dictature arc-en-ciel" et autres insultes. L'association Rouge direct, qui lutte contre l'homophobie dans le foot y a vu "un symbole de la haine homophobe qui gangrène le football et les réseaux sociaux. Il est urgent de réagir". Alors que dans la soirée, le butteur a publié un tweet pour se féliciter de sa victoire, il n'a pas présenté d'excuses.

Cette déferlante alimente une fois encore l'environnement hostile du foot. En septembre, pour la deuxième fois, un joueur de Premier League, a voulu témoigner de façon anonyme de l'impossibilité pour lui d'être ouvertement out. Le sportif raconte qu'il est "impossible" de se faire des amis à cause de son secret.

À LIRE AUSSI - Olivier Giroud : « C’est impossible d’afficher son homosexualité dans le football »

Au Royaume-Uni, aucun joueur professionnel en activité n'est ouvertement gay ou bi. À 34 ans, après avoir terminé sa carrière de joueur, Thomas Beattie a assumé don homosexualité fin juin. "Je suis un frère, un fils, un ami, un ancien joueur de football professionnel, un entrepreneur et un type tellement compétitif que ça agace les gens. Je suis beaucoup de choses. Parmi toutes ces choses, il s'avère que je suis aussi gay", déclarait-il dans une interview-confession accordée à l'ESPN.

Pas de joueur out en France

La France n'est pas plus en pointe. Aucun joueur masculin en poste n'est ouvertement gay. Les personnes LGBT+ ont du mal à sortir du placard, faute d'un environnement safe, dans les vestiaires ou les tribunes. Neymar aurait traité le marseillais Alvaro de "putain de pédé". Cet été, des supporters ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "PSG-OM : 9 ans de sodomie en bande organisée". Mi-août, c'est le parieur sportif Winamax qui a fait dans l'homophobie. En reprenant les paroles de PNL, il a écrit sur twitter "on prend l'Europe et on l'encule à deux".

 

Crédit photo : Capture d'écran Twitter / @vardy7