facebook

En mode lourdingue, Drake fétichise les relations lesbiennes dans « Girls Want Girls »

En fait de "certified lover boy", Drake se montre lourdingue dans "Grils Want Girls"

L'autoproclamé "Certified Lover Boy", nom du nouvel album de Drake, a encore du chemin à faire pour obtenir le label queer… En cause, le titre "Girls Want Girls", livrant une vision des relations entre femmes très classique du male gaze.

Pas sûr que Drake soit certifié Lover Boy de l'année… Dans son nouvel album très attendu, Certified Lover Boy, disponible depuis le vendredi 3 septembre sur les plateformes de streaming, le rappeur américain nous gratifie en effet d'une vision des relations lesbiennes très datée, imbibée d'un male gaze (regard masculin) classique et fatigant. En cause, le morceau "Girls Want Girls", en collaboration avec l'autre rappeur Lil Baby.

Manifestement, les paroles devaient pourtant être pensées comme un hommage aux lesbiennes. "She like eating pussy, I'm like, 'Me too'", proclame ainsi le morceau, comme une passerelle lourdingue entre mecs hétéros et femmes homos ("Elle aime manger de la chatte, je suis genre 'Moi aussi'"). Les deux acolytes poussent encore le bouchon en revendiquant carrément d'être des lesbiennes, scandant : "Je regarde ta robe parce qu'elle est transparente / Ouais, tu parles de tout ce que tu as vécu / Ouais, tu dis que tu es lesbienne, meuf, moi aussi / Ayy, les filles veulent des filles là d'où je viens". Sah, quel plaisir de rejeter les avances d'un homme en lui opposant un catégorique "Je suis lesbienne, j'aime les femmes" et de s'entendre répondre "moi aussi"…

Sexualisation automatique des lesbiennes

Mais la maladresse a ses limites. "J'ai hâte de sortir du travail pour aller te voir / S'il te plaît, amène ta petite amie avec toi", enchaîne Lil Baby, avant d'ajouter dans un élan de lucidité : "Je pense trop à vous, merde, qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?". Et voilà les deux rappeurs se roulant allègrement dans une classique sexualisation automatique des lesbiennes, à nouveau réduite à un fantasme masculin.

Dans ces conditions, et alors que l'album détient selon Hipopcorner le record de streams en moins de 24 heures sur les plateformes Spotify et Apple Music, il n'aura pas fallu longtemps avant que Drake soit vivement critiqué par nombre d'internautes. Rappelant par exemple que se proclamer lesbienne à partir de son amour des femmes, pour un homme hétéro, réalise l'exploit d'être à la fois du queerbaiting et de la lesbophobie.

"Voir des gens tweeter 'Les filles veulent des filles' en pensant que c'est une tendance lesbienne cool alors que c'est Drake qui est un putain de vicieux comme d'habitude", se désole un autre twitto.

"Drake s'est vraiment dit 'comment puis-je fétichiser les lesbiennes en 2021' et il a enregistré des filles qui veulent des filles, puis il a dit qu'il était aussi lesbienne", soupire un troisième compte, quand un autre réagit : "Je déteste quand les hommes font des chansons comme ça. C'est tellement bizarre"

Nos internautes ont du talent

Heureusement, l'hymne de Drake à la fétichisation des lesbiennes a très vite été tourné en dérision par les internautes, à coups notamment de memes bien sentis. Parfait pour se remettre d'une écoute crispante de "Girls Want Girls".

Et si vous n'avez pas Twitter, vous pouvez toujours vous laver les oreilles sur du Lil Nas X, vrai rappeur queer !

LIRE AUSSI >> Lil Nas X dévoile la liste complètement dingue des duos qui seront sur son album

Crédit photo : capture d'écran du clip via YouTube/OVO Sound et Republic Records


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail