Omer Nahmany, un militant LGBT dans l'armée israélienne
Actualité

Omer Nahmany, un militant LGBT dans l'armée israélienne


Omer Nahmany se bat pour une plus grande égalité des droits entre soldats hétéros et soldats LGBT dans l’armée israélienne. TÊTU s’est entretenu avec lui.

Omer Nahmany, 26 ans, est un officier réserviste de Tsahal. Depuis plusieurs mois il mène un combat pour que l’armée israélienne reconnaisse aux soldats LGBT les mêmes droits qu’au soldats hétérosexuels. En effet, bien que les autorités militaires israéliennes soient reconnues pour leur progressisme, des soldats subissent encore des discriminations à plusieurs niveaux du fait de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Ainsi, une récente polémique a obligé l’armée à clarifier sa position quant à la participation de soldats à la Pride de Jérusalem. Ces derniers ne pouvaient initialement y assister car l’événement était considéré comme un « acte politique ». Omer Nahmany s’est dressé contre cette interdiction :

« Ce n’est pas une question de gauche ou de droite, l’orientation sexuelle n’est pas une question politique ». Et d’ajouter : « C’est une armée libérale ; c’est ce qui est d’autant plus absurde. L’armée israélienne autorise les soldats ouvertement gays à servir en son sein, autorise les soldats transgenres à le faire (…) donc il y a un réel fossé entre ces deux positions ».

Face aux critiques, Tsahal a fini par plier en indiquant que les soldats pouvaient y participer « à condition d’être habillé en civil, de ne pas être de service et de ne pas s’associer à des déclarations politiques ».

Israël égalité des droits soldats LGBT
Omer Nahmany

« Nous partons en guerre et prenons le risque de mourir pour notre pays »

Ce n’est pas la première fois qu’Omer Nahmany fait entendre sa voix quand il s’agit de défendre l’égalité de traitement entre soldats homosexuels et hétérosexuels. En mai dernier, il avait manifesté avec d’autres soldats devant la résidence du Premier ministre, Benyamin Netanyahou, pour que les partenaires de même sexe et les familles homoparentales de soldats morts au combat soient automatiquement reconnues comme familles ou conjoints de défunt, avec tous les droits que cela implique en terme de pensions… Une protestation que le ministre de la Défense de l’époque, Moshe Ya’alon, avait du mal à comprendre. « Nous traitons toutes les familles de la même manière, qu’elles soient de même sexe ou hétérosexuelles ». Et de rappeler que « notre dette envers les familles endeuillées est énorme ». Une position que conteste Omer Nahmany qui rappelle que certain(e)s veufs ou veuves ont dû se battre pour se voir reconnaître ce statut officiel.

Si un couple de même sexe devait perdre son fils ou sa fille au combat, seul l’un d’entre eux se verrait reconnaître comme parent endeuillé. Nous demandons que le ministre de la Défense émette un décret officiel et sans équivoque stipulant que dans le cas de couples et de familles de même sexe, tous les membres de la famille soient reconnus comme endeuillés et reçoivent tous les droits consentis aux familles hétérosexuelles. Nous partons en guerre et prenons le risque de mourir pour notre pays. Il est inconcevable qu’une discrimination aussi flagrante existe envers des soldats de l’armée d’Israël et leurs familles.

Israël égalité des droits soldats LGBT
Campement devant la résidence du Premier ministre israélien

Une armée jugée progressiste sur les questions LGBT

Cependant, Omer Nahmany reconnaît un certain progressisme de Tsahal en comparaison avec d’autres armées à travers le monde. Ainsi plusieurs hauts gradés ont fait leur coming-out et l’armée cherche à devenir plus inclusive pour les personnes transgenres en facilitant leur intégration. Pour lui, les discriminations qui ont encore cours en Israël sont le fruit de la loi qui n’accorde pas les mêmes droits aux couples de même sexe mais également du fait des extrémistes religieux qui freinent les avancées législatives dans le pays :

La plupart des discriminations sont dans la loi. On ne peut pas se marier, ni avoir d’enfants. Les thérapies de conversions existent encore et pleins d’autres choses. (…) Toutes ces avancées sont rejetées par les religieux et les partis de droite parce qu’ils considèrent Israël comme un « Etat juif ». Pour eux, il est impensable qu’il puisse y avoir des lois pro-LGBT dans le pays.

De fait, concernant les familles endeuillées, aucune loi n’a été passée afin de mettre un terme à la discrimination que subissent les personnes homosexuelles. Seul un décret interne émis par les autorités militaires reconnait les mêmes droits à toutes les familles. « Ce n’est pas une loi officielle mais c’est déjà beaucoup », admet Omer Nahmany.

Héberger les soldats solitaires

Mais le jeune soldat n’est pas que dans la contestation. En effet, il a récemment lancé une initiative afin que les soldats dits « solitaires » puissent être hébergés dans des familles homoparentales ou par des couples de même sexe lors du Rosh Hashanah, la fête juive célébrant la nouvelle année civile.

En Israël, la chose la plus « israélienne » que l’on peut faire est d’héberger un soldat solitaire lors du dîner du Rosh Hashanah, le nouvel an juif. Des soldats solitaires sont des soldats n’ayant aucune famille en Israël, soit parce qu’ils font l’alya (ou voyage du « retour », ndlr), soit parce qu’ils ont des problèmes familiaux qui les empêchent de rentrer dans leur famille. En tant que personnes LGBT, on sait mieux que personne ce que cela signifie de se sentir seul dans ce monde. Donc, j’ai pensé que ce serait une bonne idée de demander à des familles LGBT d’accueillir des soldats pendant ce dîner. De plus, cela montre que les familles LGBT sont des familles normales mais également que nous soutenons notre armée, que nous faisons partie intégrante de la société israélienne.

Une vidéo en hébreu à été publiée sur les réseaux sociaux afin de promouvoir cette initiative à laquelle plusieurs centaines de familles et de nombreux soldats ont répondu favorablement. De son côté, Omer Nahmany nous confie avoir tout juste lancé une association dénommée « Blue and White Pride » (Fierté bleue et blanche, en référence aux couleurs du drapeau israélien) afin de représenter tous les différents corps armés israéliens : Tsahal, police, pompiers…

 

Pour en savoir plus :






Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

ads