Quand un roi bisexuel régnait sur l'Ouganda
Actualité

Quand un roi bisexuel régnait sur l'Ouganda


Au moment de la colonisation britannique, une partie de l’Ouganda était dirigée par Mwanga II, un roi bisexuel qui lutta contre l’évangélisation de son pays.

Aujourd’hui, l’Ouganda est tristement célèbre pour être l’un des pays les plus homophobes de la planète. Mais savez-vous que le Bouganda – un ancien royaume inclus dans l’Ouganda actuel – a été dirigé par un roi bisexuel ? Ce fait historique peu connu peut paraître surprenant mais n’en est pas moins attesté.

Lutte contre l’évangélisation

Mwanga II accède au trône le 19 octobre 1884, à l’âge de 16 ans, et il est de notoriété publique que le roi aime autant les femmes que les hommes, ces derniers devant s’offrir à lui s’il le désire.

Cette époque est marquée par le début de la colonisation. Des missionnaires protestants puis catholiques ont débarqué dans le pays à partir de 1877 pour évangéliser les populations locales. En 1888, une large région à l’ouest du Kenya – comprenant le Bouganda – est confiée à la Compagnie britannique impériale d’Afrique de l’Est. Bien qu’unifié au sein de l’Ouganda par les Britanniques, le Bouganda reste un royaume puissant et ne sera jamais conquis par les armées coloniales, le roi ayant négocié avec l’envahisseur pour obtenir le statut de Protectorat britannique.

Les Ganda ont leur propre religion : ils croient en Katonda et  Balubaale. Mwanga II voue une profonde aversion aux religions exogènes. Tout d’abord à l’islam, religion à laquelle son peuple est confronté via les marchands musulmans de Zanzibar qui tentent de convertir les populations de la région et ainsi d’étendre leur zone d’influence. Puis arrive le christianisme avec les colons. Malgré les négociations politiques avec les Britanniques et l’éducation religieuse qu’il a reçu des missionnaires, Mwanga II s’oppose farouchement à l’inéluctable évangélisation de son peuple, ce qui le conduira à sa perte.

« Droit de cuissage »

Vers 1885, plusieurs pages de la cour se sont déjà convertis au christianisme sous l’influence des missionnaires britanniques qui jugent leurs pratiques immorales. En effet, ces derniers les mettent en garde contre les pêchés démoniaques de la sodomie et de l’homosexualité. Devenus chrétiens, il leur est interdit d’avoir des relations sexuelles avec le roi sous peine d’affronter la colère de Dieu et de finir en enfer.

Mwanga II exècre. Afin de freiner l’influence de la religion chrétienne dans le pays et d’asseoir son autorité, le roi fait exécuter l’évêque-missionnaire anglican, James Hannington. Puis, entre 1885 et 1887, 40 convertis sont brûlés vivants, officiellement pour pratique du christianisme. En réalité, Mwanga II les aurait fait exécuter pour s’être refusés à lui une fois convertis. Vingt-deux d’entre eux étaient des catholiques romains qui seront canonisés par le pape Paul VI en 1964. Aujourd’hui, en Ouganda, ils sont toujours célébrés comme des martyrs le 3 juin.

Cette défiance envers l’empire britannique lui sera fatale ; il est destitué en 1888 au profit de son frère. Après plusieurs coups d’Etat, il est finalement capturé en 1899 et exilé aux Seychelles où il mourra en 1903, à l’âge de 35 ans.

L’importation de l’homophobie

Cette part oubliée de l’histoire de l’Ouganda est pourtant fréquemment utilisée par les associations de défense des droits LGBT locales pour battre en brèche l’argument selon lequel l’homosexualité est un phénomène non-africain, importé par le colonisateur. Dans un rapport intitulé « Renforcement de la criminalisation de l’homosexualité en Ouganda : une histoire imparfaite », l’association SMUG (Sexual Minorities Uganda) dénonce cette rhétorique mensongère. Comme l’a montré le sociologue camerounais Charles Gueboguo, l‘homosexualité existe en Afrique depuis des millénaires et est rapportée dans de nombreuses tribus : Siwans, Kivaï…

Ce qui a donc été importé par le colonisateur britannique en Ouganda n’est pas l’homosexualité mais bel et bien l’homophobie justifiée grâce à la religion. En 1885 (pendant le règne de Mwanga II), l’Angleterre promulgue la Criminal Law Amendment Act (loi amendant la législation criminelle), laquelle sera appliquée à travers tout l’Empire et qui sert toujours de base juridique dans d’anciennes colonies pour criminaliser l’homosexualité.

 

Pour en savoir plus : 






Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

ads