Les Mots à la bouche vous ouvrent leurs journaux intimes
Culture

Les Mots à la bouche vous ouvrent leurs journaux intimes


Cette semaine, à l’occasion d’une nouvelle édition non censurée des journaux de Matthieu Galey, on vous ouvre les journaux intimes de deux autres écrivains gays qui ont marqué leur époque, Allen Ginsberg et Hervé Guibert.

journaux intimes

Journal intégral 1953-1986, Matthieu Galey, Robert Laffont, 1024p, 30€

Synopsis : Observateur passionné et désenchanté d’une comédie parisienne qu’il est amené à beaucoup fréquenter, par curiosité autant que par nécessité professionnelle, Matthieu Galey, journaliste et écrivain, tenait en secret ce journal savoureux de méchanceté, dans lequel il était aussi beaucoup question de ses amours homosexuelles. Chaque soir il relatait dans le même temps ses échanges et ses rencontres avec les personnalités du Tout-Paris, des grandes actrices du Français, comme Madeleine Renaud, aux écrivains les plus célèbres, Jacques Chardonne, Louis Aragon, Marcel Jouhandeau, Paul Morand ou Jean Cocteau, tout en côtoyant de près les valeurs montantes de la vie littéraire et artistique, Françoise Sagan, Antoine Blondin, Jean d’Ormesson, Pierre Bergé ou François-Marie Banier. Membre du comité de lecture des éditions Grasset à partir de 1962, Galey fut aussi le témoin privilégié des combinaisons qui gouvernaient en secret la composition des jurys des grands prix, en particulier du Goncourt, et le choix de leurs lauréats. Aux approches de la cinquantaine, Matthieu Galey se découvrit atteint d’une maladie alors incurable qui l’emporta à l’âge de 52 ans et fit de lui quasiment le chroniqueur de sa propre disparition, aussi lucide vis-à-vis de lui-même qu’il le fut envers ses contemporains

Avis du librairie : Publié pour la première fois dans sa version intégrale, le Journal de Matthieu Galey, amputé lors de sa parution de ses passages les plus sulfureux, traverse, de 1953 à 1986, plus de trente années de vie littéraire, mondaine et politique, vu à travers les yeux d’un gay d’une délicieuse bitchitude.

Pour aller plus loin : www.motsbouche.com

journaux intimes

Journal 1952-1962, Allen Ginsberg, Christian Bourgois, 480p, 10€

Synopsis : Ce volume réunit les journaux et carnets de notes tenus par Allen Ginsberg au cours de la décennie 1952-1962. En 1952, Ginsberg a 26 ans. Il n’a encore rien fait paraître. Il erre, il fait des rencontres, s’interroge et commence à écrire. Howl et Kaddish sont en gestation. L’importance de ce volume tient justement au fait qu’il présente les  » sources  » de l’écriture de ce grand poète de la Beat Generation : des notes, des brouillons, des ébauches de poèmes publiés plus tard, des carnets des voyages qu’il a effectués au Mexique, dans le bassin méditerranéen, en Afrique de l’Est ainsi qu’à travers les États-Unis (à New York, en Californie.). Il fait aussi des croquis, note ses rêves, l’évolution de ses lectures et de son travail d’écrivain.

Avis du librairie : Ginsberg est un génie absolu, ses poèmes changent votre regard sur le monde et votre rapport à la langue, et ses visions vous hantent durablement. Lire son journal est une plongée dans son esprit en plein bouillonnement créatif.

Pour aller plus loin : www.motsbouche.com

journaux intimes

Le mausolée des amants, journal 1976-1991, Hervé Guibert, Folio, 561p, 9,30€

Synopsis : Le personnage principal a entre vingt-deux et trente-cinq ans. Il est journaliste, il aspire à l’écriture, il n’en finit pas de mettre en forme un roman raté avec un personnage à la troisième personne. le roman s’appelle le récit de la mesquinerie, il ne voit pas le jour. et il glisse : il devient un récit d’amour. on repère, dans la trame de ce livre, plusieurs livres en un, et aussi plusieurs refus de livres : un livre qui s’appellerait roman posthume, un autre qui s’appellerait mes parents, encore un autre qui s’appellerait autobus et métro, une suite des aventures singulières, un journal de travail, mais c’est le récit d’amour qui l’emporte. Bâti comme un mausolée pour les corps des amants. apparaît alors, par-dessus tout, le refus de ficeler un roman pour en livrer la matière brute, la vive continuité de la vie, des rêves, des rencontres, des aventures…

Avis du librairie : Quinze années de notes sur l’amour impossible, la solitude, le sexe, les rêves, l’homosexualité, la lecture et l’écriture, la photographie, la famille, la maladie et la peur de la mort. Autant dire tous les thèmes qui nourrissent les textes de l’auteur.

Pour aller plus loin : www.motsbouche.com

ads