Plusieurs mannequins accusent les photographes Mario Testino et Bruce Weber de harcèlement sexuel
Actualité

Plusieurs mannequins accusent les photographes Mario Testino et Bruce Weber de harcèlement sexuel


Dans la vague du mouvement #MeToo et #BalanceTonPorc né de l’affaire Weinstein, deux photographes stars sont accusés de violences sexuelles. Les témoignages, nombreux, interrogent l’encadrement des shootings de mode.

« Je me souviens de [Bruce Weber] mettant ses doigts dans ma bouche et m’attrapant les parties génitales », détaille le mannequin Robyn Sinclair. Il est l’une des voix à dénoncer ce week-end, dans le New York Times, le comportement inapproprié voire agressif de deux grands noms de la photographie de mode : Bruce Weber, 71 ans, et Mario Testino, 63 ans.

Le journal, en regroupant plusieurs dizaines de témoignages d’hommes ayant posé ou travaillé pour eux, en tant qu’assistants, remet en question la zone grise du shooting photo qui a longtemps livré les modèles à la merci des maîtres d’œuvres, flirtant avec l’ambiguïté sexuelle voire dépassant, au prétexte de pousser la créativité ou de susciter le désir, les lignes du consentement.

Nudité

Photographe favori de la famille royale d’Angleterre – il fut même invité au mariage princier de Kate et William en 2011 – , Mario Testino a capturé tous les visages d’Hollywood pour les pages de Vogue ou de Vanity Fair. Dans le New York Times, 13 hommes dénoncent des faits de harcèlement sexuel allant jusqu’aux « frottements » et à la masturbation.

« Pour travailler avec Mario [Testino], il fallait se livrer à un shooting nu au Chateau Marmont [de Los Angeles] », renseigne ainsi Jason Fedele, modèle pour une campagne Gucci pendant les années 90. Ryan Locke, autre mannequin, parle lui d’un « prédateur sexuel » qui, lors d’une séance, aurait fait sortir tout le monde avant de se jeter sur lui : « il a fermé la porte à clé. Puis il s’est couché sur le lit, m’est grimpé dessus et a dit : ‘Je suis la fille, tu es le garçon’ ».

D’autres assistants mentionnent la tendance de Mario Testino à embaucher de jeunes hommes hétéros et à les draguer de manière de plus en plus agressive. Thomas Hargreave, producteur de shooting et collaborateur fréquent de Mario Testino entre 2008 et 2016, affirme qu’il a vu des dizaines de fois le photographe baisser le pantalon d’autrui : « Il faisait comme si c’était une blague mais ça n’avait rien de drôle. Et les garçons qui se retrouvaient dans cette situation ne savaient comment réagir. »

Mario Testino Bruce Weber
Mario Testino photographié par Walterlan Papetti en 2014

Attouchements

Bruce Weber, célèbre pour avoir capturé des campagnes Calvin Klein, Ralph Lauren et Abercrombie & Fitch, est cité par 15 hommes qui corroborent l’invitation quasi-systématique à réaliser des « exercices de respiration », dans sa chambre ou par téléphone, au cours desquels les modèles étaient invités à se toucher et à toucher Bruce Weber là où ils sentaient circuler « l’énergie », parfois guidés par Bruce Weber lui-même, voire sommés de se masturber. « Nous n’avons jamais eu de relation sexuelle, spécifie Robyn Sinclair, mais beaucoup de choses ont eu lieu. Beaucoup d’attouchements. »

Début décembre, Bruce Weber a été assigné en justice par un homme de 28 ans qui l’accuse d’avances sexuelles lors d’une séance photo remontant à 2014, pendant laquelle le photographe lui aurait murmuré à l’oreille « Jusqu’où veux-tu aller ? Quelles sont tes ambitions ? » tout en le caressant et le forçant à l’embrasser.

Mario Testino Bruce Weber
Bruce Weber en 2011

Des comportements connus

Selon les témoignages, la réputation des deux hommes était bien connue, Ryan Locke s’étant par exemple vu conseiller de « serrer sa ceinture » avant de travailler avec Mario Testino, mais moindre par rapport à leur posture dans le secteur de la mode. Selon l’ancien mannequin Trish Goff, « si vous disiez que vous n’alliez pas travailler avec quelqu’un comme Bruce Weber ou Mario Testino, autant plier ses bagages et changer de métier. » À la fois « jetables » et « peu respectés », les mannequins hommes seraient victimes d’un système tout aussi oppressif que celui que faisait peser Harvey Weinstein sur les actrices d’Hollywood. « Les garçons qui sympathisaient avec Bruce après les shootings, seuls dans sa chambre d’hôtel, étaient bookés plus longtemps avec la carotte d’une grande campagne devant le nez », témoigne encore Erin Williams, une mannequin auditionnée auprès de la Commission des droits de l’homme de la ville de New York, et qui a travaillé avec Weber.

Cité par le New York Times, Bruce Weber et Mario Testino nient formellement les faits qui leur sont reprochés et attaquent la crédibilité des personnes citées.

Blacklisting et nouvelles règles

Il y a quatre mois, c’est Terry Richardson, autre photographe de premier plan, qui était accusé de harcèlement sexuel, cette fois-ci par des mannequins femmes. Soupçonné de harcèlement sexuel depuis plusieurs années, ce n’est qu’avec le retentissement de l’affaire Weinstein que le groupe Condé Nast (Vogue, Vanity Fair, GQ, Glamour) a finalement décider de cesser toute collaboration avec Richardson.

Le groupe a réitéré ce boycott à l’encontre de Bruce Weber et Mario Testino « jusqu’à nouvel ordre » et a annoncé la mise en place de mesures préventives contre le harcèlement sexuel : la majorité obligatoire des mannequins et l’accord préalable de ces dernier.e.s en vue d’une séance impliquant la nudité ou des poses suggestives.

 

À LIRE AUSSI :

Ellen Page balance les porcs homophobes et sexistes d’Hollywood

#Metoo : Les femmes et les hommes qui ont « brisé le silence », personnalités de l’année du Time

Couverture : De gauche à droite, Jason Fedele pour Gucci, Ryan Locke pour Gucci et Robyn Sinclair pour Ralph Lauren.

ads