ajlHanouna et "TPMP" : le Conseil d'Etat confirme deux des trois sanctions du CSA dont celle du canular homophobe

Par Romain Burrel le 19/06/2018
cyril hanouna, TPMP, CSA, CONSEIL D'ETAT, HOMOPHOBIE, SANCTIONS

Dans un communiqué publié lundi 18 juin 2018, le Conseil d'Etat a annoncé qu'il confirmé deux des trois sanctions prises l'an dernier par le CSA contre la chaîne C8 et son émission phare "Touche pas à mon poste". La séquence où l'animateur avait piégé à l'antenne un homme homosexuel avait lors de sa diffusion défrayé la chronique et révolté les associations de lutte contre l'homophobie.

Ça pique ! Le Conseil d’Etat a annoncé dans un communiqué publié hier soir, lundi 18 juin, la confirmation de deux des trois sanctions prises l'année dernière par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) à l'encontre de l'émission "Touche pas à mon poste" (TPMP) présentée par Cyril Hanouna. La chaine C8, du groupe Canal+, avait saisi la juridiction administrative. Elle demandait l’annulation de trois décisions du CSA.
Le Conseil d’Etat a d’abord rappelé que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a toute légitimé pour sanctionner ce genre de débordement à la télévision : "le CSA est chargé de contribuer aux actions en faveur de la cohésion sociale et la lutte contre les discriminations dans le domaine audiovisuel", a-t-il déclaré dans un communiqué avant de revenir en détail sur chaque sanction.

« Une image caricaturale des homosexuels »

Souvenez-vous : dans une séquence retransmise en direct le 18 mai 2017, dans l’émission "TPMP Baba Hot Line", l’animateur avait diffusé les conversations téléphoniques qu’il a eues avec des personnes ayant répondu à une fausse petite annonce préalablement publiée sur un site de rencontres et se présentant comme bisexuelles. Dans ce cas, le Conseil d'Etat estime que le CSA a eu raison de sanctionner le comportement de l'animateur:

"L’animateur a constamment adopté une attitude visant à donner une image caricaturale des homosexuels qui ne peut qu’encourager les préjugés et la discrimination à leur encontre".

Pour ce canular, la chaîne C8 avait été condamnée à une amende de 3 millions d'euros par le CSA.
A LIRE AUSSI: Cyril Hanouna lâché par une cinquantaine d'annonceurs après son canular
Également confirmée, la sanction visant un autre incident survenu à l’antenne en décembre 20016. Cyril Hanouna avait proposé à Capucine Anav un "petit jeu" où la chroniqueuse devait toucher une partie du corps de l’animateur qu’elle devait ensuite identifier. Le patron de TPMP avait choisi de lui faire toucher son sexe. Pour le Conseil d'Etat, "ce type de comportement place la personne concernée dans une situation dégradante et tend à donner de la femme une image stéréotypée la réduisant à un statut d’objet sexuel". Cette fois, la chaîne C8 avait été condamnée à une privation de publicité de deux semaines. Une condamnation donc confirmée.

Une sanction annulée

Mais le Conseil d’Etat n’a pas donné raison au CSA sur toute la ligne. La juridiction administrative a annulé la privation de publicité pendant deux semaines qu'avait ordonnée Conseil Supérieur de l'Audiovisuel suite à un autre canular diffusé en novembre 2016. Cyril Hanouna avait piégé son chroniqueur Matthieu Delormeau, en lui faisant croire qu'il venait de commettre un crime et en lui donnant l’ordre d'en endosser la responsabilité. Cette fois, le Conseil d'Etat estime que ce "dernier n’avait pas été montré sous un jour dégradant, humiliant ou attentatoire à sa dignité".
Ces débordements ne sont pas les seuls à être survenus dans l'émission animée par Cyril Hanouna.  En décembre 2016,  l’association des journalistes LGBT (AJL) avait d'ailleurs déjà dénoncé le traitement de l’homosexualité dans "Touche pas à mon poste", régulièrement sujet de raillerie et d’humiliation.
A LIRE AUSSI: Cyril Hanouna, cet "obsédé de l'homosexualité"
 
Crédit photos: Capture d'écran/émission "Touche Pas À Mon Poste"