facebook

Il existe désormais un guide pour informer et accompagner les parents d’enfants intersexes !

Dans le cadre de la Quinzaine des visibilités intersexes, plusieurs associations européennes de défense des droits des personnes intersexes, ont publié, vendredi 26 octobre, un guide pour l'information et l'accompagnement des parents et futurs parents d'enfants intersexes. Un livre très attendu par les associations, qui déplorent notamment un manque d'information pour les familles. L'occasion aussi de leur dire que « tout va bien pour leur enfant ».

Rassurer, informer, éduquer. Voilà l'objectif du guide intitulé « Soutenir son enfant intersexe », publié à l'occasion de la Journée internationale de sensibilisation intersexe, vendredi 26 octobre dernier. Le livre a été rédigé par trois associations : l'Organisation internationale intersexe Europe (OII Europe), l'Association des parents européens (EPA) et l'Organisation non-gouvernementale LGBT Iglyo. Une telle publication était attendue de longue date par les associations de personnes intersexes.

À lire aussi : Enfants intersexes : une campagne unitaire pour l’arrêt des mutilations

« Il n'y a rien à craindre »

Le guide, disponible uniquement en PDF, se veut avant tout pédagogique et brosse tous les aspects de l'intersexuation. Après avoir précisément définit ce que signifie être intersexe, le livre énonce toute une série de conseils pour les parents d'enfants ou de futurs enfants intersexes. Rappelant les principes de base : « Il n’y a pas de problème avec votre enfant », ou encore « vous n'êtes pas seul.e », les propos se veulent rassurants.

Le guide énonce notamment : « les variations se produisent partout dans la nature. Être intersexe est l’une d’entre elles et il n’y a rien à craindre ». Des propos plus que salutaires.

Sensibilisation

Toutes les interrogations que peuvent avoir les parents sont abordées et les réponses sont claires et précises. Il s'agit de sensibiliser sur tous les actes médicaux qui se font sur les nouveaux-nés intersexes. « Des professionnel·le·s de santé (...) vous conseilleront peut-être de consentir à des traitements médicaux modifiant le corps de votre enfant pour qu’iel ait une apparence plus féminine ou masculine. Ces opérations de 'normalisation' peuvent néanmoins être hautement traumatiques pour les personnes qui les subissent », indique le guide.

Des pratiques médicales en France qui ont pourtant été condamnées par l'ONU en 2016, mais que le corps médical continue d'imposer aux patient.e.s intersexes.

Il s'agit enfin de pousser les parents et futurs parents à en parler avec leur enfant et avec leur entourage. L'intersexuation est souvent vécue comme une honte, d'où l'importance d'en parler avec bienveillance.

À lire aussi : « Je me disais que j’étais malade, difforme. Aujourd’hui je suis fier » : Mischa, jeune homme intersexe, témoigne

Crédit Photo : Existrans 2017. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail