Escorts, mariage pour tous : Karl Lagerfeld, une icône gay controversée

Star planétaire de la haute couture, Karl Lagerfeld, mort mardi 19 février à l’âge de 85 ans, a su réinventer avec brio la maison Chanel pendant plus de 30 ans. Il s’est forgé en parallèle son propre personnage, célèbre pour son allure mais aussi pour ses formules percutantes et polémiques. Véritable icône gay, le « Kaiser » était également très controversé au sein de la communauté LGBT+.

Cheveux blancs tenus par un catogan, lunettes noires, hauts cols de chemise amidonnés, doigts couverts de bagues et débit de mitraillette : le couturier allemand à l’allure de marquis rock n’roll était reconnaissable entre tous. Véritable icône gay, à la fois narcissique et champion de l’autodérision, loquace et mystérieux, cet habile communicant ne craignait jamais la controverse.

À LIRE AUSSI : Karl Lagerfeld est mort à l’âge 85 ans

Le couturier allemand aimait entretenir le mystère et celui-ci a pu se nicher jusque dans sa date de naissance. Seule certitude, Karl Lagerfeld est né dans la cité portuaire de Hambourg. Pour plusieurs titres de la presse allemande s’appuyant sur des documents officiels, il avait vu le jour le 10 septembre 1933. En 2013, il affirmait à « Paris-Match » être né en 1935, indiquant que sa « mère avait changé la date ». Le mystère reste entier à ce jour.

Changement d’avis sur le mariage

Karl Lagerfeld a su très tôt qu’il était homosexuel, et pour lui pas besoin d’en parler outre-mesure. « Ça n’a jamais été un sujet dans ma vie parce que j’ai toujours vécu dans un milieu où ce n’était pas un sujet », confiait-il sur le divan de Marc-Olivier Fogiel en février 2015. Très tôt, Karl Lagerfeld évoque son homosexualité avec sa mère. « Elle a dit que c’était comme une couleur de cheveux, qu’il y avait des blonds et des bruns et que ce n’était pas un sujet« , raconte-t-il.

Une mère au « pragmatisme méchant et drôle », pour qui il était « béa d’admiration », comme il le confiait dans une interview donnée au « Point ». Certainement celle qui lui a transmis le sens de la remarque bien placée et donné l’envie de ne pas mâcher ses mots. En 2010, il s’était exprimé sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe dans un entretien fleuve accordé à Vice UK. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne s’attendait pas à ça :

« Je suis contre le mariage gay, pour la simple raison que, dans les années 60, tout le monde réclamait le droit à la différence. Et maintenant, soudainement, tout le monde veut une vie bourgeoise. »

Des propos qui avaient déclenché la polémique. Mais trois ans plus tard, lors des débats sur le mariage pour tou.te.s en France, le couturier change radicalement d’avis et le fait savoir sur le podium du défilé Haute Couture printemps-été de janvier 2013. Pour le traditionnel final, ce n’est pas une, mais deux mariées qui ont défilé en robe immaculée, accompagnées par le fils du mannequin américain Brad Kroening, Hudson Kroening, filleul du créateur.

A LIRE AUSSI : Karl Lagerfeld : les punchlines que l’on retiendra du génie de la mode

Escorts de luxe

Sur le plan sentimental, Karl Lageferld aimait entretenir des relations platoniques, notamment avec le grand amour de sa vie, Jacques de Bascher, un dandy à la beauté redoutable, dont son rival Yves Saint Laurent tombe, lui aussi, amoureux.

À LIRE AUSSI : Jacques de Bascher : le grand amour de Karl Lagerfeld et Saint-Laurent

Plutôt pudique sur le sujet, le « Kaiser » avait confié « admirer les acteurs porno » et aimer les « escorts de luxe » auprès de nos confrères de Vice UK.

« Je n’aime pas coucher avec des personnes que j’aime vraiment. (…) Parce que le sexe ne peut pas durer pour toujours. Je pense que c’est sain. Et pour la façon dont vivent les gens riches, c’est possible. Le reste du monde a besoin du porno. »

Enfin, celui qui décrivait ses sempiternelles lunettes noires comme sa « burqa », était attaché à faire défiler des mannequins taille 34 ou 36 dans ses défilés. Il a tenu des propos grossophobes, notamment en affirmant que les femmes « rondes » n’avaient rien à faire « sur les podiums ». Il avait même été jusqu’à lancer, sur le plateau de l’émission « Le Grand 8 » sur C8, que « le trou de la Sécurité sociale » était aussi dû aux « maladies attrapées par les gens trop gros ». Nul doute que l’on se souviendra de cette icône controversée bien au-delà de la communauté LGBT+.

(Avec AFP)

Crédit photo : Patrick KOVARIK / AFP. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail