facebook

Kazakhstan : une activiste lesbienne menacée de mort après avoir critiqué un sportif

Au Kazakhstan, une activiste lesbienne subit une violente vague de cyberharcèlement après avoir dénoncé la sortie homophobe d'un célèbre combattant de MMA.

Vendredi 21 mai, l'activiste lesbienne Nurbibi Nurkadilova, citoyenne du Kazakhstan, a lancé un appel à l'aide sur son compte Instagram. Quelques jours plus tôt, raconte-t-elle dans la description de sa vidéo, elle adresse une lettre ouverte au célèbre combattant de MMA (arts martiaux mixtes) Kuat Khamitov dit "Naiman", dans laquelle elle écrit son "mécontentement en réponse à son commentaire insultant envers ma communauté". Le sportif avait en effet déclaré que les homosexuels étaient "pires que des chiens" lors de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie.

View this post on Instagram

A few days ago I wrote an open letter to Kuat Khamitov (“Naiman”), a famous MMA fighter. In this letter, I wrote of my dissatisfaction in response to his insulting comment about my community. You can find the full message on my page and an english version on @kokteam ⠀ It caused a wave of negativity towards me, mainly from offended fans of the athlete. ⠀ They bullied me with insults to my sexual orientation, appearance, and other types of negativity. Worst than that though were the threats to the life and health of both my girlfriend and me. They went on to threaten all representatives of the LGBT community and their allies in Kazakhstan. ⠀ Since Kuat Khamitov is a media person, and has a blue checkmark on Instagram confirming this, he is responsible for his statements as one’s audience listens to the opinions of authoritative people. ⠀ In defense of Kuat, his colleague Artem Reznikov spoke out and called for cleansing the earth from people of non-traditional orientation. Together they became the catalyst for the horror that is happening on my page. I am called to battle. They threaten to rape, kill, burn me, etc. ⠀ This is an appeal to people all over the planet! Open your eyes. Do not think that the problem of bullying a minority for their sexual preference is not a serious problem. Hundreds of thousands of people daily experience this on various scales! Boys and girls are defenseless in their desire to love. I am defenseless in my desire to love and be loved! This case clearly shows you in what a cruel world the entire LGBT community lives. There are many problems in the world, namely violence against women, children and animals, and the culprit is always one - cruelty! So let's stand up for the victims of any violence, and let it be the LGBT community today. ⠀ We have the opportunity to change something. This is the first such case in Kazakhstan, when we can attract so many people to this problem! Let's not stand aside. We must help people to love, work, and openly walk the streets without fearing to declare their orientation! I’m for a world where you don’t have to be afraid for someone you love!

A post shared by Nurbibi Nurkadilova (@theworldismythrone) on

À LIRE AUSSI : Kazakhstan : une militante LGBT condamnée pour une campagne sur les règles

Cette lettre a "causé une vague de négativité envers moi, principalement de la part de fans offensés de l'athlète", poursuit Nurbibi Nurkadilova. Celle-ci s'est fait, dit-elle, copieusement insulter en raison de son orientation sexuelle et de son apparence physique, a reçu des menaces de mort adressées à elle, à sa petite amie ainsi qu'à tous les représentants de la communauté LGBT+ au Kazakhstan et leurs alliés. Un autre combattant de MMA, Artem Reznikov, a appelé "nettoyer de la surface de la Terre les personnes d'orientation non traditionnelle".

"On menace de me violer"

Ces deux athlètes sont devenus, raconte l'activiste lesbienne, le "catalyseur de l'horreur qui a lieu sur ma page" : "Je suis appelée à me battre. On menace de me violer, de me tuer, de brûler etc." Face à cette vague de violent cyberharcèlement, Nurbibi Nurkadilova a appelé à l'aide la communauté internationale : "Ceci un appel aux habitants de toute la planète ! Ouvrez vos yeux. Ne pensez pas que le problème de l'intimidation d'une minorité pour sa préférence sexuelle n'est pas un problème grave. Des centaines de milliers de personnes en font quotidiennement l'expérience à différentes échelles ! Des hommes et des femmes sont sans défense dans leur désir d'aimer."

À LIRE AUSSI : En Russie, une femme transgenre fait pour la première fois la Une d’un magazine

La Eurocentralasian Lesbian Community a apporté son soutien à Nurbibi Nurkadilova. La militante lesbienne et féministe Alice Coffin a dénoncé les "menaces ultra violences" à son encontre. Au Kazakhstan, où 70 % de la population est musulmane, l'homosexualité est légale depuis 1998, et les personnes trans ne sont autorisées à changer d'état civil que sous des conditions extrêmement restrictives. En 2015, l'ONG Human Rights Watch s'inquiétait du fait que les Kazakhs LGBT+ "sont en butte à des réactions hostiles et à des exactions, à un manque de mécanismes adéquats de riposte et de soutien, et à un climat croissant de peur dans le contexte d’efforts récents pour adopter une loi contre la "propagande" LGBT".

 

Crédit photo : Kok.team


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail