homophobieLe chanteur Pierre Lapointe raconte son agression et appelle à réfléchir sur ses privilèges

Par Florian Ques le 19/06/2020
Pierre Lapointe

Dans une récente interview, l'artiste québécois s'est confié sur la discrimination qu'il a subi alors qu'il marchait dans les rues de Montréal au bras de son conjoint. Il a toutefois souligné que sa condition d'homme cisgenre et blanc était un privilège.

Le Canada a beau être présenté comme un eldorado progressiste, l'homophobie n'est pas inexistante. Dans une interview toute fraîche pour La Presse, le chanteur Pierre Lapointe dénonce justement les discriminations qui sévissent encore contre la communauté LGBT+, et relate une mauvaise expérience qui lui est arrivée. "Je me suis encore fait traiter de 'crisse de tapette' il y a trois semaines, explique-t-il au média national, alors que je marchais avec mon chum dans la rue Rachel déserte à 3 heures de l'après-midi".

"On veut croire qu'on est ouverts, avance le principal intéressé. J'essaie surtout de ne pas entretenir de haine. De ne pas tomber là-dedans. C'est un exercice que je fais depuis l'adolescence, ayant vécu de l'homophobie de l'enfance à aujourd'hui". Très populaire dans son pays d'origine - dans lequel il est jury de The Voice - le musicien estime important d'ouvrir le débat sur ces questions-là.

Une remise en doute nécessaire

Selon lui, un meilleur vivre-ensemble doit passer par davantage de discussions et de réflexions. "J'aime l'idée qu'on se pose des questions, avance-t-il. Parce que je fais partie de communauté LGBT, parce que j'ai vécu de l'homophobie, dans ma tête, je pense que je comprends la personne en position de faiblesse et je prends automatiquement son parti".

À LIRE AUSSI – La vidéo de ces deux filles défendant Bilal Hassani d’un homophobe est devenue virale

En parallèle, le chanteur québécois souligne son expérience et la façon dont sa couleur de peau et son identité de genre ont pu l'aider à bien des égards. Et souligne, dans la foulée, que reconnaître ses privilèges peut faire avancer les choses pour d'autres minorités davantage discriminées. "Je reste un homme, qui a du succès, qui a une position sociale privilégiée, détaille l'artiste. Mais les événements des dernières semaines nous ramènent au fait qu'on ne peut pas toujours se mettre à la place de l'autre. J'ai un ami trans qui m'a dit récemment que je ne saurais  jamais ce que c'est que d'être autre chose qu'un homme blanc cisgenre... C'est vrai".

Crédit photo : Pierre Lapointe via Instagram