facebook

Un eurodéputé lituanien expulsé du groupe Renaissance après des propos LGBTphobes

Début janvier, l'eurodéputé Viktor Uspaskich a tenu des propos LGBTphobes dans une vidéo diffusée sur Facebook. Le groupe du Parlement européen l'a expulsé car "il n'y a pas de place pour l'homophobie dans la famille de Renew Europe".

"Notre groupe politique Renew Europe ne transige pas avec ses valeurs", s'est auto-congratulé le groupe Renaissance au Parlement européen. Mercredi 20 janvier, le groupe libéral, dont fait partie En Marche !, a annoncé l'expulsion d'un eurodéputé lituanien, après des commentaires LGBTphobes sur les réseaux sociaux.

La décision a été prise "quasiment à l'unanimité", selon le parlementaire Pascal Durand. Six députés ont voté contre l'exclusion et six se sont abstenus, selon le média lithuanien Delfi. L'eurodéputé en question, Viktor Uspaskich, avait diffusé une vidéo abominable.

"Ils ne devraient pas être tolérés"

"Dans la plupart des pays européens, vous ne pouvez même pas dire que votre orientation sexuelle est normale. Je ne voudrais pas que mes lives sur Facebook, que les émissions de télévision soient commentés par des pédés. Je parle des pédés, des pervers, (...) ceux qui fourrent leur bite sous des jupes, qui vont dans les rues pour crier et manifester, ce sont des pédés, des pervers. Ils ne devraient pas être tolérés", commentait l'eurodéputé lituanien.

À LIRE AUSSI - Ce que contient le plan de l’Union européenne pour l’égalité des personnes LGBT+

"Il n'y a pas de place pour l'homophobie dans la famille de Renew Europe", a déclaré le président du groupe, le roumain Dacian Ciolos. Selon un communiqué du groupe, Viktor Uspaskich a été expulsé "avec effet immédiat".

Des excuses du bout des lèvres

"En tant que famille politique, nous sommes profondément engagés dans la sauvegarde et le développement des droits des personnes LGBTI+. Les propos de M. Uspaskich sont incompatibles avec les valeurs qui nous sont chères et qui le placent en dehors de notre famille", a insisté le document. Après que ses collègues se soient alarmés de cette sortie homophobe, Viktor Uspaskich a présenté du bout des lèvres des excuses en insistant pour dire que ses propos avaient été décontextualisés.

À LIRE AUSSI - Cette député européenne fait un discours soufflant pour alerter sur l’homophobie d’État en Pologne

L'eurodéputé a affirmé que "la langue lituanienne" n'est "pas ma langue maternelle, alors quand je parle d'une manière informelle, je peux faire des erreurs", cité par Politico. Cette vidéo a pourtant été publiée lors d'un live sur Facebook toujours en ligne."Peut être que mes propos étaient trop grossiers", a-t-il concédé. "Je n'avais pas pour intention de viser les gay, les lesbiennes, ou d'autres personnes de la communauté LGBT", a-t-il poursuivi.

Une eau qui protège du Covid

L'eurodéputé n'en n'était pas non plus à son premier dérapage. La Lituanie a lancé une enquête contre son ancien ministre de l'Économie qui a fait la promotion d'une eau minérale... qui protègerait du Covid-19. Pendant un autre live sur Facebook, Viktor Uspaskich aurait affirmé que cette eau améliore le système immunitaire. Cette publicité a fait des remous jusque dans son propre parti.

 

Crédit photo : Capture d'écran Facebook / Viktoras Uspaskich


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail