facebook

À la découverte d’Ed Nock, le jeune artiste pop et queer à surveiller de très près

À 23 ans, cet ex-candidat de The Voice se façonne une identité artistique singulière et soignée qu'il déploie sur son premier EP, The Midnight Road. Un disque aux sonorités pop et mélancoliques qui évoquent Woodkid, une de ses inspirations.

Il aura fallu plusieurs années à Ed Nock pour concevoir son tout premier EP. Si son nom n'est peut-être pas d'emblée évocateur, son visage, lui, l'est peut-être un peu plus. Et encore, le jeune musicien a bien changé depuis son passage dans The Voice. Alors qu'il était à peine majeur, Antoine Conde – son nom à la ville – participe à la cinquième saison du télé-crochet, séduisant suffisamment Zazie pour se hisser jusqu'aux épreuves ultimes de la compétition. "Après l'émission, j'ai eu un désir d'indépendance énorme, ce qui fait que j'ai arrêté la musique pendant environ deux ans, explique-t-il. J'avais besoin de me concentrer sur moi-même, sur mon identité". Un break bénéfique qui l'a aidé à mieux se connaître et à cerner ses ambitions.

Un éveil révélateur

Une fois The Voice derrière lui, Antoine délaisse son village natal près de Corbeil-Essonnes pour poser ses valises dans la capitale. Il se destine à une carrière plutôt créative, intégrant l'École nationale supérieure des Arts Décoratifs. S'il parvient à trouver sa voie sur le plan professionnel, c'est surtout sur le plan personnel qu'un véritable éveil a lieu. "Je le savais au fond de moi mais j'ai mis les mots dessus assez tardivement, dit-il à propos de son homosexualité. Pendant très longtemps, je n'avais pas conscience que ça pouvait exister. Au lycée, tu en prends connaissance mais c'est souvent sous la forme d'injures. C'est en arrivant à Paris que je me suis dit que la parole pouvait enfin s'ouvrir".

Être entouré de personnes positives et acceptantes conduit le jeune artiste à reconnaître son identité queer. "J'ai fait mon coming out et j'ai eu ce besoin de communauté, souligne-t-il. Je suis rentré chez Act-Up. Je n'y suis resté que deux ou trois mois, c'était furtif mais ça m'a appris beaucoup de choses sur les manifs, sur la convergence des luttes". Une prise de conscience individuelle et bienfaitrice qui le pousse tout naturellement à reconsidérer sa vision de la musique. Elle sera désormais sans faux semblants.

"Si je voulais écrire, c'était important de me connaître et d'être sincère, avance Antoine. Au début, j'écrivais des textes hyper hétéros, alors que ce n'était pas moi dans le fond. On m'avait mis dans la tête que se positionner autrement ne vendait pas". En grandissant et en évoluant, il décide alors de faire fi de ces préconisations. Après avoir fait The Voice, le chanteur s'est consolidé une petite communauté de personnes qui souhaitaient garder un oeil sa trajectoire. À tel point que certaines se sont réunies autour d'une campagne de crowdfunding pour financer son tout premier disque.

L'histoire d'une route

"J'avais commencé à bosser sur un EP qui ne me correspondait pas du tout, évoque-t-il avec du recul. Je l'ai expliqué aux gens en leur disant que j'avais besoin de temps pour savoir ce que j'allais écrire. Entre le moment où j'ai eu l'argent et le moment où cet EP sort, il y a eu quatre ans. C'était dingue de me dire que des gens étaient là pour ma musique et qu'ils me laissaient le temps de faire des morceaux que je pouvais vraiment défendre". Durant ces années formatrices, Antoine se réinvente sous un alias, Ed Nock – "c'est juste mon nom de famille à l'envers, un peu customisé", fait-il remarquer. Puis, l'EP se met en marche.

Crédit photo : Gaëtan Delalande et Daria Svertilova

Paru en ce début de 2021, The Midnight Road compile six titres qu'il a entièrement réalisés dans sa chambre. Des titres correspondant à une pop alternative qu'Antoine qualifierait de new wave romantique "parce que c'est quand même de la musique où tu fais des slows et où tu fais l'amour". Sur le plan narratif, chaque morceau est corrélé avec le précédent. "Là où j'habitais en banlieue, il y a une énorme nationale juste derrière où il y avait des accidents tous les samedis, détaille-t-il. C'était vraiment dramatique. J'ai alors imaginé l'histoire de ces amants qui prennent la route et qui ont cet accident qui les pousse à se confronter à leur amour, à leur désir, à leur peur". Une tonalité tragique, certes, mais pas cafardeuse. "J'ai voulu montrer comment on arrive à retirer de la lumière à travers des choses très obscures", ajoute-t-il.

À LIRE AUSSI : VIDÉO. Woodkid prend le large dans le clip puissant de son single « In Your Likeness »

Loin est l'époque où Antoine postait des covers d'Adele sur YouTube – depuis évaporées car "c'est important de passer à autre chose, d'effacer pour recréer". Aujourd'hui, celui qu'on appelle Ed Nock se nourrit du côté d'artistes comme Perfume Genius, Antony and the Johnsons ou encore Woodkid, dont il admire la dimension filmique du projet musical. Que des personnalités queers, en vérité. Queers et inspirantes, comme ce à quoi aspire le jeune chanteur parisien. "Le fait d'écrire sur mes relations, c'est déjà une forme d'engagement, affirme-t-il. C'est un pied de nez. Et le fait que des personnes LGBTQI+ puissent se reconnaître dans ma musique, ce serait déjà quelque chose d'incroyable pour moi". C'est bien parti.

Crédit photos : Gaëtan Delalande et Daria Svertilova


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail