NetflixAccusé de transphobie, l'humoriste Dave Chappelle soutenu par Netflix

Par Florian Ques le 12/10/2021
L'humoriste Dave Chappelle est accusé de transphobie mais soutenu par Netflix

Peu de temps après la sortie de son nouveau spectacle sur Netflix, The Closer, l'humoriste américain Dave Chappelle est accusé de transphobie. Arguant que le stand-up "existe pour repousser les limites", le géant du streaming lui conserve son soutien.

En début de mois, le 5 octobre précisément, Netflix ajoutait à son catalogue The Closer, le tout nouveau spectacle de Dave Chappelle. Stand-up au fil duquel l'humoriste américain, qui s'était déjà fait remarquer par son incompréhension des personnes trans, trouve à nouveau le moyen de les cibler. Pour finir, au cours d'un développement défendant que "le genre est un fait", par lancer au sujet de J.K.Rowling : "La communauté trans est en colère, ses membres la traitent de 'TERF'… Je suis team TERF !" - acronyme désignant une catégorie de féministes qui refusent d'inclure les personnes trans dans leurs combats. Très vite, des internautes appellent au boycott de son "Netflix special".

Ainsi interpellée, la plateforme de streaming a répondu en se positionnant en faveur du comique contesté. "Nous n'autorisons pas de titres Netflix qui soient conçus pour inciter à la haine ou la violence et nous ne croyons pas que The Closer rentre dans cette catégorie, détaille Ted Sarandos, PDG de Netflix, dans un communiqué. Je reconnais cependant que distinguer le commentaire du préjudice est difficile, surtout avec le stand-up qui existe pour repousser les limites. Certaines personnes pensent que l'art du stand-up est mal intentionné mais nos membres l'apprécient et c'est une partie importante de notre offre de contenus." En parallèle, le dirigeant précise que le spectacle controversé ne sera pas retiré, la plateforme tenant à honorer son deal avec Dave Chappelle.

Une employée trans de Netflix suspendue

La semaine dernière, Jaclyn Moore, showrunneuse de la série Dear White People également produite par Netflix, avait partagé son mécontentement sur les réseaux sociaux. "Je ne travaillerai plus pour Netflix tant qu'ils continuent de promouvoir et de tirer profit de contenus dangereux et transphobes", annonce-t-elle sur Instagram. Interviewée par NBC News, elle précise sa décision : "Le gens disent 'oh ce n'est qu'une blague'. Je comprends la blague. Il y a beaucoup de choses drôles dans le fait d'être trans, mais l'idée que ce soit drôle qu'on se définisse comme des femmes, ce qui était le sous-texte de la plupart de ces blagues, n'en fait pas partie. C'est en fait le même langage utilisé par ceux qui veulent nous faire du mal."

Des employé·es de Netflix se sont aussi opposé·es aux propos de Dave Chappelle. Et ce, peut-être au prix de leur emploi, selon Variety qui rapporte que trois personnes travaillant chez Netflix se seraient incrustées dans une réunion virtuelle de cadres de l'entreprise, à la suite de quoi elles ont été suspendues jusqu'à nouvel ordre et une enquête interne a été ouverte. Parmi les trois personnes se trouvait Terra Field, une ingénieure trans qui s'était insurgée peu de temps auparavant sur Twitter du spectacle de Dave Chappelle, qui à ses yeux "attaque la communauté trans et la validité même de la transidentité". Un porte-parole de Netflix assure toutefois qu'il est "absolument faux" que des employé·es ont été suspendu·es pour avoir parlé du programme sur les réseaux.

Dave Chappelle n'en est pas à son coup d'essai. Avant la polémique provoquée par The Closer, le comique âgé de 48 ans s'était déjà moqué des personnes trans, trouvant notamment "drôle" le fait de "ne pas être né dans le bon corps". L'association GLAAD – qui veille à la représentation LGBTQI+ dans les médias – condamne fermement ses récents propos, avançant que sa marque de fabrique "est devenue synonyme de tourner en ridicule les personnes trans et d'autres communautés marginalisées". L'humoriste, quant à lui, ne s'est pas prononcé sur cette dernière controverse le concernant.

Crédit photo : Netflix