L'Écosse ouvre le mariage religieux aux couples de même sexe
Actualité

L'Écosse ouvre le mariage religieux aux couples de même sexe


Grâce à un vote historique allant à contre-courant du reste du pays, l’Église d’Écosse devient la première Église anglicane du Royaume-Uni à ouvrir le mariage religieux aux couples de même sexe.

Jeudi 8 juin, l’Église d’Écosse a décidé, par une majorité écrasante (80% des laïcs, des évêques et 67% du clergé), d’autoriser les couples de même sexe à se marier à l’église, trois ans après la légalisation du mariage civil pour tous. Seul le diocèse d’Aberdeen et d’Orkney, sur les sept que compte le territoire, s’était opposé à ce changement aux cours des discussions.

Lors du vote du synode général de l’Eglise épiscopale écossaise réuni à Edimbourg, il a été convenu de modifier le droit canonique en supprimant la clause qui indiquait que le mariage doit être conclu entre un homme et une femme en « reconnaissant officiellement une diversité de point de vue »,  explicite l’évêque d’Edimbourg.

La tristement célèbre « clause de conscience », brandie à de nombreuses reprises par les projets de loi anti-égalité étasuniens, et même abordée – puis abandonnée – en France vis-à-vis des maires, a toutefois été ajoutée au canon religieux. Celle-ci permettra aux clercs qui le désirent pas de ne pas célébrer l’union d’un couple homo. Une première cérémonie devrait avoir lieu cet automne selon les informations du Guardian.

Depuis quand peut-on se marier à l’Église ?

L’Église d’Écosse rejoint ainsi les rangs encore maigres des confessions chrétiennes mariant les couples de même sexe.

La première d’entre elle est l’Église luthérienne de Suède, confession majoritaire du pays, qui unie religieusement des couples homos depuis le début des années 2000. En 2009, lorsque le pays adopte la loi sur le « mariage sexuellement neutre », il ouvre aussi bien le mariage civil que le mariage religieux aux couples de même sexe. Le texte inscrit même l’interdiction pour l’Église de refuser ces unions. Le Danemark et plus récemment par la Norvège ont depuis rejoint cette voie.

Aux États-Unis, l’Église presbytérienne, une des plus importantes congrégations protestantes américaines, qui revendique près de 1,8 millions de fidèles, a pris la décision d’ouvrir le mariage religieux aux couples de même sexe dès l’été 2014.  Le vote, approuvé par 61% de l’assemblée générale presbytérienne, est intervenu un an avant que les États-Unis légalisent le mariage civil dans tous les États, par décision de la Cour suprême dans l’affaire Obergefell v. Hodges.

En Allemagne, où les couples homos ne peuvent souscrire qu’à un partenariat civil et où le mariage civil peine toujours à être seulement discuté, les couples de même sexe peuvent se marier dans les lieux de culte de l’Eglise évangélique depuis octobre 2013.

En France, l’Eglise Protestante Unie (EPUdF) autorise les pasteurs qui y sont favorables à bénir les unions des couples homosexuels préalablement mariés civilement – comme c’était déjà le cas pour les couples hétérosexuels – depuis mai 2015. Elle suivait le chemin ouvert par la Mission populaire évangélique, confession minoritaire, en 2009, soit plus de quatre ans avant l’adoption de la loi Taubira.

 

Couverture : Le clerc de l’Église d’Écosse Kelvin Holdsworth affichant sa solidarité avec l’Église épiscopale américaine, sanctionnée par la communion anglicane pour ses positions gay-friendly début 2016 – Crédit photo kaleidoscot.com

 

Retrouvez TÊTU en kiosque :

« Make America Gay Again » : au sommaire du magazine TÊTU n°214

ads