Un livre photo célèbre Fire Island,
Culture

Un livre photo célèbre Fire Island, "le paradis des gays"


Le photographe et écrivain américain Tom Bianchi retrace l’histoire de la communauté gay de Fire Island Pine dans les années 1970 et 1980 à travers ses polaroids, et donne vie à toute une génération pré-sida.

Enfant dans la Chicago des années 1950, Tom Bianchi avait deux passions : les bonbons et les magazines de fitness pour hommes, qu’il achetait tous les deux dans les kiosques à journaux. Dans l’un de ces magazines, une photo du bodybuilder Glenn Bishop, prise à Fire Island, le laisse sans voix. À l’époque Fire Island, une île tout au sud de Lond Island, dans l’État de New York, n’est pas encore le paradis gay qu’elle va devenir dans les années 70, mais elle accueille déjà une communauté d’artistes et une des plages naturistes les plus importantes des États-Unis. « Fire Island avait un nom tellement exotique que je me demandais si ça n’était pas une invention du photographe« , explique Tom en introduction de son livre.  Il se passera pourtant encore quelques années avant qu’il n’y mette finalement les pieds : après le lycée, Tom rentre à l’université, en sort avec un diplôme en droit, et commence une carrière à New York en tant qu’avocat à Columbia Pictures.

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

 

C’est en 1970 qu’un ami de New York l’invite à passer un week-end à Fire Island Pine, un petit village de l’île, où se retrouve la communauté homosexuelle de New York. Tom est fasciné. Dans une interview pour Vice, il explique :

À l’époque, le monde entier nous méprisait et nous considérait comme des pervers. La beauté de Fire Island reposait dans le fait que le village avait été construit par des gens qui imaginaient un monde différent. On s’est taillé notre petite place au soleil, juste pour nous, un endroit où nous étions en sécurité, où on pouvait rire et passer du temps entre nous à la plage, sans personne autour pour nous juger. Grâce à cela, l’île a attiré les gays de tous les États-Unis, surtout ceux vivant à proximité de New York. C’est devenu le centre de tellement de culture, de mode, de style, même de cinéma. C’était une époque particulièrement glamour.

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

C’était une petite partie du monde qui n’était rien qu’à nous.

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

 

Juste avant de découvrir Fire Island Pine, Tom Bianchi s’est fait offrir un Polaroid SX-70 par sa boîte. Il commence à prendre des photos de ses amis, de son environnement, des plages de l’île.  « J’ai rapidement décidé de montrer au reste du monde, avec mes photos, à quel point la capitale de la Queerness était un endroit incroyable (rires)« .

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

 

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

 

Puis le sida est arrivé.  « Nous étions des enfants. On faisait la fête. On pensait être intouchables, immortels. Le sida nous a forcé à grandir. Ça

 a complètement changé la façon dont nous nous voyions. »

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

 

Mais c’est aussi le moment où les hétérosexuels se sont rendus compte de l’horreur de leur discrimination. Des histoires ont commencé à circuler sur des gens atteints du sida qui se faisaient expulser de leurs maisons, des hôpitaux … […] C’était un holocauste. Juste inimaginable.

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

 

On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose. À l’époque, j’ai choisi de publier un premier livre de photo, Out of the studio, qui serait un mémorial mais aussi un testament que nous sommes toujours vivants. Je voulais dire « nous sommes toujours là, nous sommes toujours beaux, nous allons survivre ». Mon livre de polaroids est aussi à propos de ça, et pour nous aider à reprendre confiance en nous.

 

tom bianchi fire island pine paradis gay polaroid

Vous pouvez retrouver le livre de Tom Bianchi, Fire Island Pines, Polaroids, 1975-1983, ici.

Crédit photo de couverture : @Tom Bianchi 

 

ads