Abo

adele haenelCiné : 7 films lesbiens incontournables à découvrir ou à revoir

Par Louise Guibert le 31/08/2018
film lesbienne

Disons-le clairement : le cinéma a peu célébré les femmes lesbiennes et leurs histoires singulières. Pourtant, certains réalisateurs se sont jetés dans le grand bain de la sexualité féminine pour en explorer, avec justesse, toute la beauté. Du chef-d'oeuvre au trésor caché, TÊTU vous propose sept films lesbiens incontournables, à découvrir ou à revoir encore et encore.

« Go Fish » (Rose Troche, 1994)

Pour un film sorti en 1994, « Go Fish » fait figure de film pionnier en matière de cinéma lesbien. Et des lesbiennes dans le Chicago du début des années 70, il y en a beaucoup : d'abord Camille, alias Max, et Kia, sa colocataire. Cette dernière sort avec Evy, récemment divorcée de son ex-mari. Mais Evy habite encore chez sa mère. Puis il y a Daria, barista dans un bar lesbien. Il y a enfin Ely, qui vit avec Daria tout en étant engagée dans une relation à distance avec sa petite-amie. Daria et Ely couchent-elles ensemble ? C'est en tout cas ce que tout le monde croit.

LIRE AUSSI >> Cette compilation de scènes d’amour lesbien au cinéma va vous faire fondre

Derrière cette histoire, il y a surtout celle de Rose Troche, réalisatrice ouvertement lesbienne. Avec Guinevere Turner, sa partenaire, elles commencent à travailler sur un film basé sur leurs propres expériences et sur celles de leurs amies lesbiennes à Chicago. Initialement baptisé « Ely and Max », le projet deviendra « Go Fish ». Le couple se séparera finalement en plein tournage.

« Beignets de tomates vertes » (Jon Avnet, 1991)

Dans une banlieue américaine des années 80, Evelyn est l’archétype de la femme au foyer désespérée. Lassée que celui qu'elle a épousé s'intéresse plus au baseball qu'à ses formes, elle veut tout faire pour relancer leur vie de couple. Mais rien n’y fait. Sa vie aurait pu être d'une monotonie à mourir si elle n'avait jamais rencontré Ninny Threadgood, 83 ans. La vieille dame a bien des souvenirs à raconter. De longues heures durant, elle se souviendra de l'Amérique du sud ségrégationniste des années 1920, mais surtout de l'histoire de Ruth, jeune femme sage et réservée, et Idgie, aventurière révoltée et désinvolte, deux femmes dont l'histoire singulière nous surprendra à bien des égards. Ninny oscille entre passé et présent, pendant qu'Evelyn retrouve son identité perdue de femme forte et indépendante.

Adapté du roman de Fannie Flagg, « Beignets de tomates vertes » est ce qu'on pourrait qualifier de film « crypto-lesbien ». Mais même si Idgie et Ruth ne sont pas ouvertement lesbiennes, la nature de leur relation laisse peu de place au doute.

« La naissance des pieuvres » (Céline Sciamma, 2007)

S'éveiller main dans la main aux premiers sentiments, c'est là le thème central de ce bijou français signé par Céline Sciamma, scénariste et réalisatrice ouvertement lesbienne, qui lui vaudra d'ailleurs une nomination pour le César du meilleur premier film en 2008.

Dans « La naissance des pieuvres », Marie et Floriane, deux jeunes filles que tout oppose, nous propulsent dans l'univers adolescent de la naissance du désir, du geste et du frisson. Dans la découverte de sa sexualité et l'attirance, taboue et pesante, d'une adolescente pour une autre, quand ce n'est pas forcément réciproque. La maturité des jeunes actrices Adèle Haenel, Pauline Acquart et Louise Blachère nous frappe de plein fouet.

« Les filles du botaniste » (Dai Sijie, 2006)

Dans la Chine des années 80, Min est une jeune orpheline qui part faire ses études auprès d'un botaniste. Tout se passe dans un jardin enivrant, auprès de cet homme farouchement autoritaire. Min y rencontre An, la fille de son professeur. Elle est introvertie et solitaire. Mais très vite, leur rapprochement apparemment amical se mue en une attraction troublante et sensuelle. Mais dans un pays conservateur empreint des moeurs violemment patriarcales, An et Min éprouvent une passion interdite.

Dai Sijie filme les corps avec beaucoup de pudeur. De la bande-son aux images, « Les filles du botaniste » est un film d'une beauté envoutante et poignante.

« La belle saison » (Catherine Corsini, 2015)

Paris, printemps 1971. Delphine (Izia Higelin), fille de paysans, débarque fraîchement à Paris, en quête d'indépendance et de liberté. Dans les rues de la capitale, elle tombe sur Carole (Cécile de France), une parisienne forte et fière, membre du Mouvement pour la Libération des femmes. Delphine se joint aux militantes. Au lendemain de mai 68 et à la veille du vote de de la loi Veil le 17 janvier 1975, rendant l'IVG légale en France, une attirance sauvage mais réciproque va peu à peu s'installer entre les deux femmes. Mais Carole est en couple avec Manuel.

Dans « La belle saison », Catherine Corsini interroge des sujets aussi divers que l'engagement, le besoin d'émancipation, ou l'acceptation de son homosexualité. Ce film est une ode à la liberté, et un appel à s'aimer envers et contre une société patriarcale et hétéronormée, qui a voulu asservir les femmes sans ne jamais chercher à reconnaitre la légitimité des lesbiennes.

« Free love » (Peter Sollett, 2016)

« Free Love » est l'honorable adaptation d'une histoire vraie poignante. Celle de Stacy (Ellen Page), jeune mécanicienne, et de Laurel (Julianne Moore), une agent de police expérimentée, dont les regards se croisent lors d'une partie de volley. Rapidement sous le charme l'une de l'autre, leur différence d'âge ne les empêchera pas de filer le parfait amour. Quand Laurel découvre être atteinte d'un cancer, elle souhaite naturellement voir sa pension être reversée de droit à sa compagne. Mais la loi du New-Jersey empêche le mariage des couples homosexuels, et reverser la pension d'une femme à une autre femme est illégal. S'engage alors un combat, mené de front par le couple et des associations militantes pour les droits homosexuel.le.s.

« Free Love » nous offre un touchant flashback dans le combat de deux femmes déterminées, qui ont inspiré le corps législatif du New-Jersey à accorder la pension de survivant à tous les compagnons de fonctionnaires de cet Etat. Une lutte qui n'a pas été vaine, puisqu'en 2013, il commence à autoriser le mariage pour les couples de même sexe. Le 26 juin 2015, la cour suprême des Etats-Unis décréta que tous les Américains avaient un droit égal au mariage.

« Carol » (Todd Haynes, 2015)

Dans le New-York des fifties, Carol (la merveilleuse Cate Blanchett) se retrouve face à Thérèse (la mystérieuse Rooney Mara) dans un magasin de jouets. Un regard suffit aux deux femmes pour comprendre qu'il ne s'agit pas là que d'une simple rencontre. Mais Carol est aussi une femme mariée et mère, et fait face à un divorce terriblement difficile.

Très justement, Todd Haynes rappelle à quel point il était dur d'être lesbienne dans les années 50. Pendant près de deux heures, il nous offre une balade sensuelle et langoureuse dans les appartements privés d'une relation cachée. « Carol » est un film élégant, inspiré du roman de Patricia Highsmith, entremêlant parfaitement attirance et passion.

LIRE AUSSI >> Toute l'actualité du film, gay, lesbien, queer…

Crédit photo : montage TÊTU.