facebook

Ce weekend, la Ligue 1 de football était plus rainbow que jamais

La mesure avait été prise par la ligue de football professionnel à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie qui s'est tenue vendredi 17 mai. Si une majorité des capitaines ont joué le jeu, plusieurs n'ont pas respecté la consigne.

Ce n'est qu'un simple brassard arc-en-ciel. Et pourtant, il est à l'origine d'une polémique (une fois n'est pas coutume) au sein des footballeurs professionnels de la Ligue 1 française. Il y a une semaine, la Ligue de football professionnel (LFP) a dévoilé dans Le Parisien plusieurs mesures pour lutter contre l’homophobie dans le sport. Parmi elles, le port d'un brassard arc-en-ciel par les capitaines d'équipes de ligue 1 qui devaient jouer les 18 et 19 mai derniers.

https://twitter.com/Ligue1Conforama/status/1129792815800754177

À LIRE AUSSI : Clip, brassards arc-en-ciel… : 4 mesures contre l’homophobie dans le foot 

Mais visiblement, tous n'ont pas respecté la consigne. Selon un journaliste de France bleu, ils sont au moins quatre capitaines à ne pas avoir porté le brassard aux couleurs rainbow au soir de la 37e journée de Ligue 1, samedi. Parmi eux, le capitaine du SM Caen Fayçal Fajr, Jeremy Morel de l'Olympique Lyonnais, ou encore Radamel Falco, le capitaine de l'AS Monaco. Le très médiatisé Edinson Cavani, capitaine du Paris-Saint-Germain a, quant à lui, porté le brassard pour le coup d'envoi, mais l'a enlevé ensuite.

À LIRE AUSSI : Homophobie dans le foot : « On n’éduquera pas les supporters en les virant des stades »

Soucis pratiques

Très rapidement, plusieurs clubs se sont exprimés pour donner des explications et enrayer toute polémique potentielle. Du côté de l'AS Monaco, l'entraîneur Leonardo Jardim a annoncé avoir porté le fameux brassard. "L'important c’est que quelqu’un du club le porte et applique ce qui est demandé par la Ligue", précise-t-il à nos confrères du Parisien.

D'autres ont avancé des soucis pratiques, comme le PSG justifiant ainsi pourquoi Cavani l'a enlevé en cours de match. Le capitaine dijonnais a confié au quotidien que le brassard "ne tenait pas bien" et dit l'avoir enlevé au bout de 20 minutes.

Néanmoins, peu de clubs se sont exprimés sur le non port du brassard durant le weekend. Mais, selon Checknews, Bertrand Lambert, le président de PanamBoyz & Girlz United, un club de football sympathisant LGBT, s'est félicité de cette action qu'il juge plutôt réussie : "On a jamais vu autant de drapeaux arc-en-ciel en France dans des stades de football."

À LIRE AUSSI : Un footballeur australien fait son coming-out, et c’est historique

Crédit photo : Anne-Christine POUJOULAT / AFP. 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail