facebook

Cette Marche des Fiertés a voulu exclure les fétichistes de son cortège

Le temps du "vivons heureux, vivons cachés" est apparemment toujours d'actualité pour les organisateurs de la Pride de la ville galloise de Rhondda.

C'est l'un des dernières Pride de l'année, mais pas celle qui passera le plus inaperçu au Royaume-Uni. La Marche des Fiertés de Rhondda se tiendra le 14 septembre. La petite ville de 62 545 habitants (l'équivalent de Villeneuve-d'Ascq ou de Levallois-Perret) située au sud du Pays de Galles est depuis quelques jours sous le feu des projecteurs, après que l'organisation a décidé d'interdire les tenues considérées comme "non-compatibles avec un public familial".

Dans un message depuis supprimé, mais que TheGayUK a sauvegardé, les organisateurs préviennent : "pas de bondage ou de costume à caractères sexuels". Ils insistent sur la volonté d'attirer des jeunes LGBT+ et leur famille. Il décrivent la Rhondda Pride comme un endroit où "les LGBT+ majeurs s'amuseront lors d'un évènement inclusif, sans politique, sans religion, ni sexualisation de la communauté. [...] Comme le Mardi Gras de Cardiff avait l'habitude d'être". 

A LIRE AUSSI : Pourquoi Boris Johnson inquiète la communauté LGBT+ du Royaume-Uni

Polémique et intervention parlementaire

Cet avertissement - qui nie le caractère politique historique des Marches des Fiertés et rejette la communauté cuir - a provoqué un tollé parmi les personnes LGBT au Royaume-Uni. Sur Twitter, un internaute a notamment dénoncé "un non-sens qui contribue à la haine, particulièrement envers les hommes gays, bis et queer, suggérant que nos pratiques sexuelles sont dépravées et que nous sommes une menace pour les enfants". Le réseau des Marches des Fiertés britanniques (UK Pride Network) a déclaré que "la Rhondda Pride n'est pas une Pride mais une journée de loisir en famille. Il n'y a pas de Fierté dans l'exclusion".

La polémique est remontée jusqu'au député travailliste Chris Bryant. Dans un texte publié sur Facebook, il tente d'apaiser les tensions. "Pour être honnête, je ne pense pas que les organisateurs aient vraiment bien réfléchi la chose, écrit-il. Il semble un peu contre-productif et bizarre de ne pas avoir impliqué leur député [lui-même, ndlr], qui se trouve être gay. Je suis attristé que la Pride de Rhondda puisse désormais être vue comme inhospitalière, ce qui n'est pas la réalité."

A LIRE AUSSI : On n’oublie jamais sa première Marche des Fiertés, la preuve

La communauté cuir vent debout

C'est finalement la communauté cuir qui a le plus mal vécu les consignes de la petite Pride galloise. Et pas seulement à cause du message posté en ligne. Le club cuir de Rhondda "Leathermen Cymru" explique en effet avoir reçu un mail des organisateurs les informant que "les groupes incompatibles avec les familles ne seraient pas autorisés à participer". "C'est exactement le genre de 'respectabilisation' des Marches de Fiertés que nous combattons", s'est également agacé Master Cuir Pays de Galles.

Un ciblage préci à l'encontre de ce groupe qui a poussé Angus, l'un des membre du club à réagir. "Les Prides sont intimement politiques et devraient être entièrement inclusives. La politique nous importe parce qu'elle nous a permis de gagner nos droits. Et les fétichismes sont intrinsèques à nos identités. Demander aux gens d'éviter ces éléments va à l'encontre de l'histoire et des traditions des Marches des Fiertés".

A LIRE AUSSI : « On prenait le pouvoir sur nos vies » : Maxime raconte les premières prides françaises

"Fausses idées nées de notre ignorance"

Le groupe cuir a largement relayé l'affaire, poussant finalement les organisateurs de la Rhondda Pride à réagir. Remettant la faute sur une personne qui aurait agi de son propre chef, ils ont tout de même présenté des excuses sur le site Internet. "Nous avons contacté 'Leathermen Cymru' pour nous éduquer sur ce qu'ils défendent réellement, plutôt que sur les fausses idées que nous avons, lesquelles sont nées de notre ignorance. Nous travaillons actuellement pour l'avenir de notre évènement. Nous présentons nos excuses et espérons que la communauté pourrait trouver en elle ce qu'il faut pour nous excuser". 

Concernant le refus d'accueillir des stands politiques, les organisateurs ont mis en avant la petite taille de l'évènement, fait "pour accueillir environ 500 personnes". Malgré ces turbulences, et quelques annonces contradictoires, la Marché des Fiertés de Rhondda devrait finalement bel et bien avoir lieu le 14 septembre. Cette fois sans opposer fête et lutte de tou.te.s pour ses droits.

A LIRE AUSSI : « L’Étincelle », un inspirant cours d’histoire LGBT à voir au cinéma

Crédit photo : Shutterstock


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail