homophobieUn responsable local du Rassemblement national écarté après des injures homophobes

Par Nicolas Scheffer le 01/09/2020
rassemblement national

Thierry Devige a été démis de ses fonctions d'adjoint Rassemblement national du Val-de-Marne après des tweets particulièrement nauséabonds qui visaient plusieurs responsables du partis.

C'est la provocation de trop. Thierry Devige, adjoint Rassemblement national du Val-de-Marne a été démis de ses fonctions après plusieurs tweets insultants et homophobes, selon le journal local 94 Citoyens. Le premier tweet se serait adressé à Wallerand de Saint-Just, le trésorier du RN, ancien candidat à la mairie de Paris et président du groupe au Conseil régional d'Île-de-France. Le second, aurait dénigré Guy Verhofstadt, l'ancien premier ministre Belge et député européen (Renew). Jérôme Auvray a annoncé lui avoir retiré ses fonctions de délégué départemental du RN.

Un conflit interne

Thierry Devige tweete depuis un compte baptisé Thierry Veyrier. Pendant le weekend, Wallerand de Saint-Just a condamné la couverture raciste de Valeurs actuelle sur la députée insoumise Danielle Obono. Le trésorier du RN trouve la Une "d'un mauvais goût absolu. Le combat politique ne justifie pas ce type de représentation humiliante et blessante d'une élue de la République".

À LIRE AUSSI : Municipales 2020, à Perpignan, l’élection de Louis Aliot inquiète les assos LGBT+

Thierry Devige lui répond, dans un tweet supprimé depuis : "Depuis 40 ans Wallerand, pour qui j'avais le plus grand respect et je sais réciproquement, est passé de l’agenouillement à Saint Nicolas du Chardonnet à celui du backroom LGBT de la rue des Suisses de Nanterre. Triste destinée", écrit-il.

Guy Verhofstadt soutient les personnes LGBT+ en Pologne

Après son congédiement du parti, Thierry Devige dit "assumer totalement mes propos sur Wallerand de Saint-Just. [Je] ne peux rester dans un parti sans colonne vertébrale sur les sujets sociaux comme l'union homo (sic) et la PMA sans père (sic)". Le militant est déjà connu pour avoir rendu publiques les coordonnées de journalistes de Quotidien et appelé ses follower à les harceler. C'est également un habitué des propos racistes, appelant au meurtre de migrants ou de syndicalistes. Contacté par TÊTU, Jérôme Auvray n'a pas encore donné suite à nos sollicitations.

À LIRE AUSSI : Jean-Marie Le Pen, nouveau soutien surprenant de la PMA pour toutes

Concernant Guy Verhofstadt, l'ancien responsable RN lui reproche son soutien aux personnes LGBT+ persécutées en Pologne. "L'écartement des dents de Guy Verhofstadt explique-t-il son soutien aux LGBT?" avait-il écrit sur le réseau social. L'Église polonaise a en effet annoncé son soutien aux "thérapies de conversion" après une conférence épiscopale. Les zones "sans-LGBT" reçoivent le soutien du gouvernement dont le président a été élu après une campagne LGBTphobe. Le député européen a appelé à une réponse de la commission européenne. Faute d'arguments pour justifier que l'Union se taise face aux atteintes aux droits des citoyens, Thierry Devige s'en prend donc... au physique.

 

Crédit photo : Grégory Roose / Pixabay