Abo

Facebook"Nous détectons 95% des contenus haineux avant même qu'ils ne soient publiés", assure Facebook

Par Nicolas Scheffer le 27/01/2021
Facebook

Depuis le début de l'épidémie, la haine en ligne a explosé sur les réseaux sociaux. Dans certains pays, des dirigeants notamment utilisent les plateformes comme porte-voix pour leur discours LGBTphobe. Facebook peut-il être un safe space ? Son directeur marketing, Antoine-Benjamin Lequertier a répondu aux questions de TÊTU.

Pendant le confinement, les réseaux sociaux ont connu une explosion d'utilisation. Avec elle, une hausse sans précédent de la haine en ligne. Selon Urgence homophobie, la haine en ligne a bondi de 43% pendant le premier confinement.

Premières visées, les personnes LGBT+ appellent à une meilleure modération des contenus. Les plateformes, elles, doivent jouer les équilibristes entre protection des personnes et censure. La plateforme assure être une safe space, alors que les discours de dirigeants LGBTphobes pullulent. Interview.

Twitter, comme Facebook a pu l'être, est aujourd'hui critiqué pour avoir supprimé des tweets de militants LGBT+ qui contiennent le mot "pédé". Comment réagissez-vous à cela ?

Nous avons déjà été confronté à la problématique des "injures" publiées et nous avons travaillé avec les associations pour y répondre. Il faut prendre le sujet extrêmement au sérieux et investir de l'argent. Nous avons pu mettre en place une intelligence artificielle qui prend en compte le contexte de la publication. À partir du moment où une "injure" est postée pour dénoncer des comportements homophobes, notre intelligence artificielle est capable de le repérer.

À LIRE AUSSI - Quatre associations accusent Twitter de rechigner à modérer ses contenus

Nous apprenons et faisons évoluer notre politique, par exemple avec la couverture de Télérama (l'artiste queer et activiste contre la grossophobie avait publié une photo d'elle nue, en couverture de Télérama, avant d'être suspendue par Instagram, ndlr). On a vu qu'il y avait une erreur de modération, on a rencontré Babara Butch et nous avons fait évoluer nos règles. Nous investissons des milliards de dollars dans la modération de contenus.

Qualifieriez-vous Facebook de safe space ?

Oui. On sait l’outil que Facebook peut être pour la communauté LGBT+ en particulier : ça permet à la communauté d’échanger, de surmonter ses problèmes, de former de nouvelles familles quand parfois il n’y en a plus... En France, plus de 200.000 personnes appartiennent à des groupes LGBT+ publics, sur les profils instagram, 80.000 profils utilisent l’emoji arc-en-ciel dans leur bio.

À LIRE AUSSI - Sida info service lance une nouvelle plateforme d’information à la santé sexuelle

Cette communauté est importante pour nous et nous voulons qu’elle soit en sécurité, d’autant plus qu’en l’absence de rassemblements physiques, la façon dont la communauté peut se relier en ligne est très importante.

Pourtant, pendant le confinement, les commentaires ont littéralement explosé et avec, la haine en ligne. Est-ce que vous n'avez pas une responsabilité ?

Chez Facebook, il n’y a pas de place pour la haine en ligne et il y a une tolérance zéro. Nous sommes particulièrement vigilants aux catégories protégées dont font partie les personnes LGBT+.

Comment fonctionne cette modération ?

Il y a une combinaison d'intelligence artificielle et humaine. L'algorithme prend en compte qui poste un contenu, le contexte et les images. Au dernier trimestre, nous avons détecté 95% des contenus haineux avant même qu'ils ne soient publiés. Il y a trois ans, c'était 23%.

Ensuite, si le contenu est signalé, il y a systématiquement une modération humaine. Nous disposons dans le monde de 15.000 modérateurs - deux fois plus qu'il y a deux ans. Un signalement signifie qu’il y aura une prise en compte systématiquement par un humain.

À LIRE AUSSI - YouTube renforce ses règles de modération contre le cyberharcèlement

La tolérance zéro n'empêche pas que ces discours ne soient jamais publiés. Mais la prévalence des contenus haineux est de 0,10% à 0,11% des vues. Cela signifie qu'une vue sur 1.000 concerne un contenu haineux. C'est trop, mais ce sont des choses sur lesquelles on travaille.

Êtes-vous favorable à la fin de l’anonymat ?

On a une politique de noms authentiques. Les personnes qui n’ont pas leur vrai nom sur Facebook ont huit fois plus de chance d’enfreindre les standards de la communauté. 50% des gens qui se font harceler sur Facebook le sont par des personnes dont ils ne connaissent pas l’identité.

À LIRE AUSSI - Un internaute « anonyme » condamné pour un tweet homophobe

Est-ce à dire que les personnes trans devront être appelées par leur deadname et non leur nom d’usage ?

Depuis 2015, on peut utiliser un nom qui n’est pas celui de notre pièce d’identité, un nom d’usage. C’est le cas pour des drag queen ou des personnes trans dont le nom à l’état civil ne correspond pas à leur identité vécue. On leur donne la possibilité de fournir d’autres pièces qu’une pièce d’identité officielle.

À LIRE AUSSI - #MeTooTrans : des personnes trans livrent des témoignages poignants sur les réseaux sociaux

Comment est-ce que vous entendez appliquer vos règles de modération dans des pays ouvertement LGBTphobes ?

Nous sommes d’abord des partisans farouches de la liberté d’expression. On veut donner une voix à ceux qui n’en n’ont pas et notamment aux minorités LGBT+. Ceci étant dit, la liberté d’expression doit avoir des limites, fixées par la loi. Il y a également des limites qu’on met nous-même : le harcèlement, l’incitation à la haine, la volonté de nuire à la santé des gens... C’est une frontière qu’on applique, mais qu’on ne peut pas définir tous seuls.

À LIRE AUSSI - Pour Facebook, les menaces de mort envers les personnes LGBT+ ne méritent pas d’être modérées

Regrettez-vous que la proposition de loi Avia, pour combattre la haine en ligne, ait été censurée par la Conseil constitutionnel ?

Les entreprises technologiques ne devraient pas prendre autant de décisions seuls. Les gouvernements et les régulateurs devraient jouer un rôle beaucoup plus actif pour établir des normes qui marchent pour tous et qui s’appliquent à toutes les entreprises. Il y a deux ans, en mars 2019, Mark Zuckerberg a appelé lui-même à la mise en place d’une réglementation sur la vie privée, les élections...

À LIRE AUSSI - Le Conseil constitutionnel censure le cœur de la loi Avia, des militants LGBT+ crient victoire

En Pologne, l’Eglise catholique appelle à convertir les personnes LGBT+. Pour vous, ça fait partie du débat public ?

Tout discours qui appelle à la haine en ligne n’a pas de place sur Facebook. Concernant les "thérapies de conversion", des publicités ont été diffusées. C’est désormais interdit, nous les supprimons car elles sont fausses ou trompeuses : on ne peut pas convertir des personnes LGBT+. Un autre exemple, aux États-Unis, des avocats faisaient des publicités en disant que la PrEP était dangereuse. Ces publicités sont interdites sur notre plateforme, dans le monde entier.

À LIRE AUSSI - Grindr accusé de diffuser une pub anti-PrEP, pourtant capitale dans la lutte contre le VIH

Certains hommes politiques ont pourtant fait l'apologie des "thérapies de conversion"...

Les hommes politiques ont un statut un peu particulier : ils sont là pour alimenter le débat public. Quand ils appellent à la haine, il n’y a pas de question. On a retiré de nombreuses publications et publicités de la part de l'équipe de Donald Trump. Si les informations sont contestées, on met des signalements. Nous l'avons fait sur plus de 150 publications de l'ancien président des États-Unis. Nos règles sont les mêmes quels que soient les hommes politiques et les candidats.

Sur un tout autre sujet, vous êtes président de LGBTech. Vous avez déjà souffert d’être homo au boulot ?

J’ai la chance d’être un homme blanc cis. Plein de personnes n’ont pas ma chance et aujourd’hui, le combat, il est auprès de ces personnes. Evidemment, j’ai reçu des plaisanteries, des blagues de la part de manager dans d'autres entreprises. Je travaillais dans une agence de pub dont l’un des vice-présidents appréciait taper sur la table en disant "on n’est pas des pédés". J’ai pu souffrir de ces discriminations, alors je me sens obligé à donner l’exemple à mon niveau.

 

Crédit photo : Austin Distel / Unsplash