facebook

Covid-19 : les couples en parcours de PMA ou de GPA à l’étranger n’en peuvent plus

Se lancer dans une PMA ou une GPA à l’étranger, c’est déjà une aventure. Mais depuis que le Covid-19 est entré dans nos vies, c'est devenu une odyssée. Plus d’un an après le début de la pandémie, des couples racontent comment la crise sanitaire a complexifié encore davantage leur projet de bébé.

“La PMA, ce n’est déjà pas facile car il faut être patientes, on ne sait pas combien de temps ça peut prendre. Avec le Covid-19, il y a la crainte que tout s’arrête alors qu’on est en plein dedans.” Pour Amandine et sa compagne Amélyne, tout s’est arrêté une première fois à l’annonce du confinement, le 16 mars 2020. Cinq jours plus tôt, le couple se rendait à son premier rendez-vous pour un parcours de PMA dans une clinique bruxelloise. Puis la France, la Belgique, et le reste du monde se calfeutrent. Les centres d’aide à la procréation interrompent leurs activités. Comme tous les couples en parcours de fertilité, les deux jeunes femmes comprennent qu’il faudra prendre leur mal en patience. ...


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail