LMPTÀ Dijon, des militants opposés à la Manif pour Tous agressés lors d'une contre-manifestation

Par Nicolas Scheffer le 04/02/2021
Manif pour tous

Des militant·e·s féministes ont été agressé·e·s lors d'une contre-manifestation à la Manif pour Tous. Des militants nationalistes les ont frappés alors qu'ils et elles déployaient une banderole pour la PMA pour toutes.

"Lâchez-là ! Lâchez-là ! Venez aider !". Les images sont violences. Le 31 janvier, à Dijon, des militant·e·s féministes ont été agressé·e·s en marge d'un rassemblement de La Manif pour Tous. Des hommes encagoulés les ont frappé·e·s alors qu'ils étaient réunis lors d'une contre-manifestation. Au bout de quelques minutes d'altercations, alors que des forces de l'ordre font sonner leur gyrophare, les hommes ont quitté les lieux.

La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux du Collectif 25 novembre. Elle s'est déroulée une heure avant le départ de la manifestation contre la PMA pour toutes, organisée par Alliance Vita et qui a rassemblée entre 300 et 500 personnes, raconte France Bleu. Selon France 3, les violences sont le fait d'un groupuscule identitaire.

Deux jours d'ITT pour deux militantes

"Rien n'avait commencé, il n'y avait que nous sur la place de la République. On a sorti le drap qu'on avait prévu pour faire une tête de cortège qui disait 'Mon corps, mes choix, nos luttes'. Une quinzaine de personnes, que des mecs tout en noir, sont arrivées très rapidement sur nous. C'est allé très vite", raconte à la chaîne de télévision un membre du collectif.

À LIRE AUSSI : La PMA pour toutes de retour au Sénat : ce qu’il faut savoir avant l’examen du texte

"Au début, on les a vu aller vers le drap, on s'est dit qu'ils allaient nous le voler. Donc on s'est tous accrochés au drap. Quand ils ont vu qu'ils n'arrivaient pas à nous retirer le drap, ils ont commencé à nous frapper", poursuit-il. Dans une autre vidéo, l'un des militants nationalistes lance "cette ville, elle est aux Français bande de bâtards" avant de leur crier : "dégagez votre drapeau".

"Cette ville, elle est aux Français"

Selon Dijoncter, deux militantes ont reçu deux jours d'ITT. "L'attaque a duré plusieurs minutes, sans susciter la moindre réaction des CRS et des policiers nationaux qui étaient stationnés à l’entrée de la rue de la Préfecture. Les agresseurs ont seulement été contrôlés par les CRS, a priori sans interpellation", écrit le collectif concerné sur Twitter.

À LIRE AUSSI : « Nous ne laisserons pas la rue à La Manif pour Tous », appellent les organisateurs d’une contre-manifestation

La première adjointe de la ville s'est dite "scandalisée par l’agression de militants féministes orchestrée par des groupuscules d’extrême droite". "Ces actes méritent des sanctions exemplaires, espérons que leurs auteurs soient rapidement interpellés", écrit Nathalie Koenders sur Twitter.

 

Crédit photo : capture d'écran Collectif 25 novembre