facebook

Covid-19 : en Italie, un formulaire administratif considère les homos comme des « personnes à risque »

Un formulaire d'un centre de vaccination contre le Covid-19 en Italie a provoqué un tollé. Il a classé les personnes homosexuelles, les usagers de drogue et les travailleur·se·s du sexe comme personnes à risque, avant de présenter des excuses.

Le formulaire de vaccination a provoqué un tollé général. Dans une petite agence sanitaire de Ligurie, dans le nord-ouest de l'Italie, on considère les personnes homosexuelles comme une catégorie à risque, tout comme les usagers de drogue et les travailleur·se·s du sexe.

"Sujets aux comportements à risque : drogués (sic), personnes se prostituant, homosexuels", est-il écrit sur un formulaire de l'agence sanitaire de La Spezia, une ville portuaire. En Italie, cette formulation pour le moins hasardeuse a provoqué de vives réactions de tout le spectre politique et des assos de défense des droits des personnes LGBT+.

"Une erreur inacceptable"

"L'affaire de La Spezia nous montre les dessous de notre bureaucratie où survivent les traces d'une histoire LGBTphobe", a écrit Arcigay, principale asso LGBT+ sur Facebook. "Ce n'est pas une blague mais une honte qui doit être immédiatement supprimée", a réagit la députée locale Raffaella Paita (Italia Viva), citée par la Republicca.

À LIRE AUSSI - Gianmarco Negri devient le premier maire transgenre d’Italie

"Il s'agit d'une erreur inacceptable et discriminatoire", indique la région Ligurie dans un communiqué. Le document assure que le président de la région, Givanni Toti a demandé une enquête immédiate pour trouver les causes de cette formulation insultante. Et les résultats de l'enquête sont encore plus surprenant. Il s'agissait d'un copier-coller depuis un document officiel du ministère de la Santé.

Seulement les comportements

Un manuel sur les vaccinations présent sur le site du ministère et dont la dernière mise-à-jour date de février 2021 indique que les homos sont catégorie à risque. Le ministère a assuré que ce sont "seulement les comportements qui déterminent un risque et non pas l'orientation sexuelle". Selon le gouvernement, cette formulation provient "d'un vieux document utilisé pour les dons du sang". Le don du sang est pourtant autorisé chez les HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) depuis 2001 en Italie.

À LIRE AUSSI : La vidéo de cette infirmière italienne victime d’homophobie a bouleversé la toile

"La reproduction dans des documents ministériels de vieilles formulations dépassées sera immédiatement corrigée", a promis le ministère. Ce n'est que depuis le 4 novembre que l'Italie dispose d'un texte que les LGBTphobies sont inscrites dans le Code Pénal.

 

Crédit : Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail