Abo

sériesMikaël Mittelstadt de "Ici tout commence" : "Notre job, c'est de bousculer les mentalités"

Par Florian Ques le 17/03/2021
ici tout commence

Depuis quelques semaines, le personnage pas toujours sympathique de Greg dans le feuilleton de TF1 est en proie à de réels doutes quant à sa sexualité. À cette occasion, TÊTU a discuté de ce développement scénaristique avec son interprète.

Beaucoup avaient flairé cette intrigue dès le lancement de la série à l'automne dernier. Dans les récents volets de Ici tout commence diffusés sur TF1, Greg, le bad boy provocateur de l'école, est en pleine remise en question. Ces dernières semaines, après avoir été contraint de travailler en binôme avec Eliott – le personnage non-binaire et pansexuel du programme –, voilà qu'il se surprend à nouer une amitié avec lui… au point même d'interroger sa propre identité. Au cours de l'épisode du 12 mars, Greg finit par confier son homosexualité à Lionel, son meilleur ami, et tente aussi très furtivement d'embrasser Eliott.

Face à cette trame très Glee – les fans se rappellent encore de l'histoire entre le flamboyant Kurt et son harceleur Karofsky –, TÊTU a pris soin d'échanger avec Mikaël Mittelstadt, l'acteur qui prête ses traits à Greg dans le feuilleton quotidien de la Une. L'occasion parfaite pour mieux saisir son approche du rôle en tant qu'homme hétéro… mais aussi le sonder quant à un potentiel couple Greg/Eliott. Rencontre.

Quand as-tu appris qu'il allait remettre en question et explorer sa sexualité ?

C'est assez rigolo comme histoire. Je m'en suis douté dès le premier épisode avec la première séquence qu'on a tournée. Dans les vestiaires, Eliott baisse son pantalon et Greg paraît perturbé. Il mate un peu mais il dit "je suis pas pédé moi". Je l'ai alors vu venir gros comme une maison. Beaucoup de gens ont eu la même réflexion. Les auteurs ne m'avaient rien du tout et me le cachaient. Je les tannais avec ça. Ils me disaient "tu vas avoir une histoire dans 50 épisodes mais on ne peut pas te dire qui c'est parce que ça risque d'influencer ton jeu". J'ai petit à petit réalisé que ça allait être Eliott mais je l'ai appris au dernier moment.

À LIRE AUSSI : « Ici tout commence » : TF1 tease un bisou entre Greg et Eliott

Est-ce que ça t'a aidé à mieux comprendre sa psychologie, sa personnalité ? Parce qu'il était quand même très limite au niveau de son attitude envers Eliott par exemple, où on tombait carrément dans le harcèlement scolaire…

Je ne suis pas très psycho dans le travail d'acteur. En revanche, il y a des ponts qu'on peut tisser parce qu'il a cette arrogance qui vient forcément de quelque part, notamment de son père qui est chef étoilé. Et il y a cette apparente homophobie qui vient aussi probablement de son background familial très strict et traditionnel. Son bousculement intérieur avec Eliott va l'amener à se poser des questions. Tout ça fait sens pour moi parce que c'est l'homosexualité comme ça pourrait être un tout autre élément déclencheur.

ici tout commence
Crédit photo : ITC/TF1

J'en ai moi-même eu un quand j'avais 19 ans et que je voulais partir à l'étranger. Seulement, j'étais un peu coincé, je n'osais pas. Mais si tu apprends à écouter tes envies, tes pulsions, tes désirs profonds, c'est là que tu avances. C'est ce que j'ai fait en partant à l'étranger et ce qu'a fait Greg avec son exploration personnelle. Donc il s'agit plus de liens entre Greg et moi que d'aller chercher la psychologie du personnage.

De quoi nourrit-on son interprétation d'un personnage gay quand on est soi-même hétéro ?

Je m'identifie effectivement comme un mec hétéro mais au final, ça n'a rien à voir. Oui, c'est le thème de l'homosexualité mais je ne l'ai pas pris en compte du tout. Ce sont deux êtres qui essaient de s'apprivoiser. Si je commence à ajouter la variable homosexualité, ça ne va pas forcément m'aider parce que ça m'emmène ailleurs. Alors que si je me dis que ce sont deux êtres qui s'aiment, je vais à la racine de la chose.

Quand on se découvre gay, il y a du doute, de la honte, tout un tas de sentiments conflictuels que ressent d'ailleurs Greg dans les récents épisodes. Dans quoi puises-tu pour émuler ces sentiments-là ?

Tous ces doutes dont tu parles, je vais les chercher dans ma vie à moi. En revanche, c'est vrai que j'ai beaucoup discuté avec des copains qui ont vécu des remises en question similaires pour avoir un rapprochement un peu plus direct concernant les enjeux.

Dans un récent épisode, Greg se confie à Lionel sur ses doutes quant à sa sexualité. Une scène très importante qui renvoie un beau message d'acceptation. Comprenais-tu les craintes que pouvait avoir Greg avant de parler à son pote ?

Complètement. Je connais très bien la relation Greg-Lionel, parce que j'ai des amitiés très fortes qui y ressemblent. Je me suis mis à la place de Greg en me demandant "qu'est-ce qui se passerait si j'annonçais ça à mon meilleur pote ?", puis "qu'est-ce qui se passerait si mon meilleur pote que je considère comme mon frère allait me rejeter ?". Là, en l'occurrence, ces scènes d'amitié sont les plus personnelles pour moi parce que ça me parle énormément.

ici tout commence
Crédit photo : Fabien Malot / TF1

Tu penses que ça reflète le genre d'interaction qu'il pourrait y avoir entre des potes mecs aujourd'hui ? As-tu l'impression que les hétéros d'aujourd'hui sont plus open sur ces sujets ?

Je ne sais pas, je pense que c'est premièrement une question d'éducation. Ça vient d'abord des parents et de ce qu'ils veulent transmettre à leurs enfants. Ensuite, en effet, il y a l'éducation externe, qu'ils vont apprendre à l'école ou par la télé. J'imagine que de voir des histoires comme celle avec Greg, Eliott et Lionel, ça va sensibiliser des gens. Notre job, c'est justement de bousculer un peu les mentalités.

Il y a de plus en plus un rejet des étiquettes pour se définir, notamment au sein des jeunes générations. C'est quelque chose qui fait écho avec toi ?

Bien sûr ! Quand je disais que je suis parti à l'étranger, c'est-à-dire que je vivais à New York depuis trois ans. Et là-bas, c'est un peu l'origine de tout ça. En anglais, les gens non-binaires utilisent les pronoms neutres "they/them" pour se définir. Le premier jour où j'ai débarqué là-bas, on m'a d'ailleurs demandé mes pronoms. Ça a été une véritable éducation pour moi de rencontrer des gens qui se présentaient comme non-binaires. Ils me racontaient leur histoire et je comprenais. Quand je suis revenu de New York et que j'ai vu le personnage d'Eliott, ça m'a fait rire. J'ai trouvé ça génial.

À LIRE AUSSI : Voici Nicolas Anselmo, l’acteur qui incarnera le premier personnage non-binaire dans une série de TF1

Tu avais eu droit à une petite formation pour te préparer à la série !

Ouais et c'était rigolo ! Je le raconte souvent à mes potes parce qu'on n'est pas conscients de ce qu'il se passe au-delà des frontières. Jamais je n'aurais imaginé qu'il y avait un tel mal-être sur l'identité et qu'on ait trouvé cette voie pour pouvoir s'affirmer et être respecté.

Après des hauts et beaucoup de bas, penses-tu qu'un avenir amoureux soit envisageable entre Greg et Eliott ?

Envisageable, oui, complètement. Parce que ce sont deux êtres qui essaient d'apprivoiser et en général, ça finit toujours par aboutir sur quelque chose [rires]. Donc je vais dire que oui, c'est très envisageable.

Crédit photo : Fabien Malot / TF1...