facebook

L’académie de Lille regrette une « maladresse dangereuse » après un PDF jugé homophobe

Sur le site de l'académie de Lille, un document classait l'homosexualité dans les "troubles de la sexualité". L'académie assure qu'il s'agissait d'un support de formation et regrette de l'avoir mis en ligne.

"Sur le site de l'inspection de Lille, on trouve en ressource pour les enseignant.e.s un diaporama classant l'homosexualité dans les 'troubles de la sexualité'. On vous dérange pas l'Académie de Lille ?", indique sur sa page twitter Le Coin des LGBT. En lien, un PDF présente des diapositives sur "La psychologie du développement de l’enfant et l’adolescent".

"Troubles de la sexualité"

Page 23 en effet, on trouve une slide dédiée à la "santé mentale" des adolescents. Sont égrainés différentes problématiques liées à l'adolescence. Et dans la partie "troubles de la sexualité", on trouve notamment "homosexualité, image du corps, difficultés de réalisations sexuelles". Une association troublante qui a beaucoup fait réagir. "Absolument honteux et inacceptable", dit un internaute.  vomir", ajoute un autre. "Les gens (de l'académie) du nord devraient avoir honte", dit un troisième.

À LIRE AUSSI : Pour une école plus queer : conseils à l’usage de l’Éducation nationale (et des autres)

Contactée par TÊTU, l'académie assure avoir depuis déréférencé le PDF de son site internet. "Il s'agissait d'un support de formation destiné au personnel qui doit être accompagné de propos et d'échanges. Il n'aurait pas dû être publié sur internet en l'état, sans discussion. Le message qui est véhiculé va à l'exact opposé de nos actions en matière de prévention de l'homophobie", dit l'académie.

Des propos "évidemment scandaleux"

L'éducation nationale à Lille considère que les propos "sont évidemment scandaleux" et d'une "maladresse dangereuse". L'académie assure proposer "beaucoup de formations pour lutter contre l'homophobie et la transphobie, notamment. Et nous voyons un véritable intérêt de la part des enfants, comme le racisme a pu l'être pour une génération."

À LIRE AUSSI : L’éducation à la sexualité à l’école est encore bien trop hétéro

En décembre dernier, l'académie a été endeuillée par le suicide d'une élève de 17 ans. Quelques semaine avant de se donner la mort, sa CPE lui avait reproché de porter une jupe. Sans qu'il y ait nécessairement un lien entre le geste de l'adolescente et le passage chez la CPE, l'épisode témoigne du manque de formation du personnel encadrant. "On fait de gros efforts pour former les adultes qui accueillent les enfants", assure pourtant l'académie...

 

Crédit photo : Connor Moyle / Unsplash


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail