coming outJO 2021 : qui est Amandine Buchard, la judokate repartie médaille d'argent ?

Par Benjamin Soyer le 27/07/2021
amandine buchard

Passée par de nombreux épisodes difficiles et un coming out médiatique, la désormais vice-championne olympique confirme une renaissance, tant personnelle que sur les tatamis. Focus sur une judokate surdouée, qui s’affirme et se dévoile au travers de ses exploits – et de ses désillusions.

L’argent ne fait pas le bonheur. C’est en tous cas la réalité des sportifs après une défaite en finale des Jeux olympiques, alors que la médaille d’or est à portée de main. Amandine Buchard, dite "Bubuche", a touché son rêve du bout des doigts, avant de s’incliner face à la Japonaise Uta Abe, au Golden score, lors de la finale de judo des femmes en -52kg. Une désillusion pour celle dont les exploits lors des précédents combats l’avaient hissée au statut de favorite.

"C’était les 20 secondes les plus longues de ma vie, s’émeut-elle à la sortie du tatami, devant la caméra. On se sent impuissant et on voit son rêve s’échapper". Et parce que ce rêve n’était pas seulement le sien, mais aussi celui de son père décédé, la douleur est encore plus forte et la peine, décuplée. "C’est lui qui m’a emmenée jusque là. Je pensais à lui à chaque moment, avant tous les combats, parfois pendant. [...] Je voulais réaliser ce rêve pour moi, et pour lui"

Un palmarès impressionnant et précoce

Et le chemin a été long et parsemé d’embûches pour Amandine Buchard. Pressentie dès son plus jeune âge pour accomplir de grands exploits sportifs, la judokate a partagé cette passion avec son père, qui la voyait déjà sur la première marche du podium. "Je lui dois tout, il m’a toujours suivie", confiait-elle dans une interview au Monde, en 2013. Décédé en 2008, l’homme est régulièrement cité par la championne de 26 ans qui lui dédie ses victoires. 

Et des victoires, il y en a eu. Numéro 2 aux classements mondiaux, la jeune femme cultive déjà un palmarès impressionnant, malgré son jeune âge et ses soucis de santé en 2016. Vice-championne d’Europe en 2014, titulaire d’une médaille de bronze aux championnats du monde de 2014 et 2018, elle avait même réussi à s’imposer en finale face à la Japonaise Uta Abe lors du Grand Sam d’Osaka en 2019 – double championne du monde qui aura finalement pris sa revanche lors de ces Jeux olympiques de Tokyo. Avant d’arriver aux Jeux, Amandine Buchard était d’ailleurs toujours en train de savourer son sacre lors du Championnat d’Europe de Lisbonne, en avril 2021, face à l'Italienne Odette Giuffrida. Fait impressionnant : elle avait même réussi à se qualifier en 16 secondes pour la finale des Jeux de Tokyo, en éliminant la Suissesse Fabienne Kocher par ippon. 

Le changement de catégorie

Mais tout n’a pas été rose pour cette surdouée du judo, qui est passée par des "années de travail et d’acharnement, de haut et de bas, et de très bas". Souffrant d’une dépression et de troubles alimentaires en 2016, la jeune femme a dû remettre en question sa catégorie de poids, puis s’est résolue à passer des super-légers (-48kg) aux mi-légers (-52kg).

Une décision qui l’a privée des Jeux olympiques de Rio en 2016, mais qu’elle voit aujourd’hui comme un mal pour un bien. "Je n’aurais jamais eu la force de participer à ces Jeux olympiques-là. J’ai pris une décision, je ne la regrette pas. Ça a fait mal, mais si aujourd’hui j’ai cette médaille autour du cou, c’est aussi parce que je suis passée par ces étapes-là. Je ne les regrette pas. Elles m’ont forgée", a-t-elle expliqué lors d’une interview accordée à France Télévisions dimanche. Une revanche sur la vie que la jeune athlète a souhaité prendre en s'assumant telle qu'elle est. Et que l'on retrouve dans sa vie privée, à travers l'affirmation de son orientation sexuelle.

A LIRE AUSSI >> Jeux Olympiques : à Tokyo, un nombre record d’athlètes LGBTQI+

Une orientation sexuelle assumée

Mais s'il y a une chose que la jeune femme n'apprécie pas, c'est que l'on se concentre davantage sur sa vie privée que sur la médaille qu'elle vient de décrocher. Dans un post écrit sur Twitter, Amandine Buchard a d'ailleurs exprimé son mécontentement suite à la publication de plusieurs articles après sa performance olympique : "Je constate que ma vie privée est plus importante aux yeux des médias que mon résultat sportif". Une attention prêtée tout particulièrement à sa vie personnelle, puisque la judokate fait partie des rares athlètes français à avoir officialisé une relation homosexuelle.

Elle avait ainsi accordé une interview au Parisien en 2018, pour faire son coming out et discuter de sa vie de couple et de son désir de devenir mère par la biais d'une PMA, avec sa compagne Nieke Nordmeyer (judokate allemande concourant chez les - 52kg également, dont elle est aujourd'hui divorcée). "C'est fatigant de le cacher. On n'est pas soi-même, on vit dans le mensonge et je déteste ça. Les gens parlent beaucoup quand ils sont dans le questionnement, surtout dans le monde du judo qui se nourrit de potins".

La jeune femme avait également ajouté quelques mots à propos de l'homosexualité dans le milieu du sport : "Il y a aussi beaucoup d'homos dans le sport de haut niveau qui se cachent. Ça reste un sujet tabou. Ils ont peur du jugement des autres, pour leur carrière. Moi, j'assume complètement. Je ne vais pas m'interdire d'aimer une femme si elle me rend heureuse". Elle était ainsi apparue dans le documentaire Faut qu'on parle, diffusé en juin par Canal+, aux côtés de cinq autres personnalités du sport, pour aborder ce sujet plus en profondeur. "C'est quelque chose qui est difficile à dire. Je sais que ça peut aider, alors je le fais".

A LIRE AUSSI >> "C'est fatigant de le cacher" : la judokate Amandine Buchard fait son coming out !

Cap sur 2024

La jeune femme n'a cependant pas terminé les Jeux olympiques de Tokyo, puisqu'elle défendra à nouveau le drapeau tricolore dans quelques jours, lors des épreuves en équipe. Mais ses pensées sont déjà tournées vers les qualifications pour les Jeux de Paris, en 2024. "Je suis vraiment très heureuse de cette médaille, et j’espère que j’irai en chercher une plus belle à Paris". Rendez-vous dans trois ans, alors, pour la concrétisation de ce rêve. "Je vais essayer d’être prête et de faire retentir la Marseillaise à la maison". En attendant, "Bubuche" peut déjà être très fière de son parcours. 

A LIRE AUSSI >> Jérémy Stravius, Céline Dumerc… Qui sont les athlètes qui ont fait leur coming out sur Canal+ ?

Crédit photo : Amandine Buchard via Instagram