DIAPORAMA. Les photos de nu confinées de Jey Tall

Le confinement n’a pas arrêté le photographe Jey Tall. A travers des écrans, il a réalisé des instantanés de la sexualité au temps du confinement.

Le confinement, c’est terminé. Après 50 jours, les Français peuvent enfin sortir de chez eux. Et si tous les artistes ne peuvent pas reprendre leur activité, les photographes, eux, pourront peut-être refaire quelques shoots, en respectant les distances de sécurité. Mais certains d’entre eux n’ont pas attendu le déconfinement pour reprendre leur boîtier. Certains ont même redoublé d’imagination pour exercer leur passion, et immortaliser cette France entre parenthèses. C’est le cas de ce photographe qui a dû adapter son art aux contraintes de ce confinement, et aux nouveaux modes de vie et de sexualité qu’il a engendré. 

La photographie de Jeytall alias Jérôme, se fait généralement dans l’intimité d’un appartement parisien. De son argentique, le photographe aime capturer les corps masculins sous divers angles pour en montrer leur beauté. Mais le confinement l’a privé de ses modèles. Alors il a eu une idée : “Même si, au début, cette situation ne me plaisait pas, c’est en voyant tout ceux qui prenaient des captures d’écran de leurs apéros Skype que l’idée m’est venue”, raconte le photographe, “ j’ai vraiment eu la vision d’une photo que je pourrais faire avec mon appareil photo argentique en utilisant la visio”. 

A LIRE AUSSI : Jey Tall, le français qui réinvente la photo de nu masculin 

Instantanés du confinement

Un nouveau challenge pour le photographe qui a souhaité conserver cette ambiance de mystère et de découverte avec ses modèles. “Lorsque je propose une session photo à quelqu’un ou inversement, je ne souhaite aucune info jusqu’au moment du shooting”, précise Jeytall, “Je veux m’adapter à la personne, sur le moment”. 

Mais comment faire un shooting via un simple écran ? Le photographe précise que c’était, évidemment, une première : “Le but de ce contexte c’était vraiment la photographie via un écran de téléphone. Par ce biais, je voulais montrer le confinement des autres, mais également le mien en montrant les objets qui entourent mon téléphone [photographié]”, explique Jeytall. Une nouvelle approche qui n’a pourtant pas tant perturber le photographe. Le rendu reste dans le thème de ces photographies habituelles : le charme du corps masculin sans retouches, et dans toute sa splendeur.

Suivre Jey Tall sur Instagram


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail