facebook

Pour Stanislas Guérini (LREM), il va falloir « prioriser » la PMA pour toutes

Le député LREM Stanislas Guérini souhaite que le texte sur la PMA "ne soit pas trop retardé". Il a également appelé à des débats apaisés, et a annoncé que la commission des conflits de LREM serait saisie à propos d'Agnès Thill.

La PMA ne sera pas décalée. C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre ce matin le député et porte-parole du groupe LREM, Stanislas Guérini, invité du 7-9 sur France Inter. Interrogé sur les annonces récentes d'Emmanuel Macron, et les projets de lois, nombreux, qui pourraient bouleverser le calendrier législatif - et notamment la réforme de l'audiovisuel et les lois bioéthiques - il a affirmé qu'il faudrait "prioriser" la PMA pour toutes.

"Il va falloir prioriser. Les textes sur la bioéthique sont importants, nous avons des choix importants à faire, sur la PMA notamment, et je souhaite que ce texte ne soit pas trop retardé." 

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, affirmait la semaine dernière que le texte serait présenté en Conseil des ministres "avant les vacances d'été". Pour une arrivée dans l'hémicycle à la rentrée ? C'est en tout cas ce que laisse entendre le député.

"Il y a un certain nombre de textes qui devaient être présentés avant l'été en Conseil des ministres, qu'on allait étudier à l'Assemblé à l'automne, dont les deux textes que vous venez de citer." 

Une "liberté de vote"

Nicolas Demorand et Carine Bécard ont également interrogé le député sur Agnès Thill, la député LREM opposée à la PMA qui s'est une nouvelle fois faite remarquer la semaine dernière par des propos homophobes sur Twitter.

A LIRE AUSSI : C'est officiel, LREM n'en peut plus d'Agnès Thill 

Le député de la troisième circonscription de Paris a donc défendu une "liberté de vote" sur ces "sujets qui touchent à l'intime, aux histoires personnelles". Mais il a également appelé à des débats "apaisés". Il a donc annoncé se saisir de la commission des conflits de La République en Marche pour rappeler la députée à l'ordre.

"Il doit y avoir une liberté de vote, mais aussi des débats apaisés. Je constate qu'Agnès Thill ne permet pas ces débats apaisés, et il faut saisir la commission de règlement des conflits, pour qu'elle puisse sereinement instruire son cas." 

"LREM doit-elle exclure Agnès Thill ?" insiste pourtant Carine Bécard. Mais il botte en touche : "Je crois que c'est secondaire, ce qui est important c'est que nous puissions avoir en société un débat apaisé sur cette question qui le mérite." 

Crédits photo : capture France Inter.


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail