VIDEO : la chronique hilarante de Marina Rollman contre la transphobie

A l'occasion de la journée internationale des droit des femmes, l'humoriste Marina Rollman a tenu à adresser un message à ceux qui disent que les femmes trans ne sont pas des femmes. Et c'est hilarant.

Vendredi, comme à son habitude, Marina Rollman dans l'émission "La Bande Originale" sur France Inter. Face à Nagui, qui a récemment adressé un message contre l'homophobie dans l'émission "N'oubliez pas les paroles", et à la veille de la journée internationale des droits des femmes, l'humoriste a dédié une partie de sa chronique au débat qui agite en ce moment les milieux féministes. En effet, une infime partie considèrent que les femmes trans n'ont pas leur place dans les luttes féministes, puisqu'elles ne sont pas "biologiquement" des femmes. On les appelle les "terfs" (trans exclusionary radical feminists). 

A LIRE AUSSI : Qui sont les terfs, ces féministes aux positions ouvertement transphobes ? 

"Les personnes trans existent"

Marina Rollman a donc décidé de leur répondre, à elles comme à tous les transphobes qui disent que "c'est une invention, la question du genre c'est dans leur tête, moi je n'y comprend rien." "Bien que beaucoup de femmes cis aient un vagin, il existe également des personnes trans et non binaires qui font donc que dans l'équation il y a des femmes avec des vagins, des hommes avec des vagins, des femmes avec des pénis, et des personnes avec des vagins qui sont non-binaires." 

Elle développe ensuite un raisonnement par l'absurde sur le statut fiscal de Monaco, à qui la France doit reverser une part importante de la TVA qui "ne traduit pas la réalité de l'activité économique de la principauté", avant d'arriver à cette conclusion : "Si vous comprenez, est-ce que vous êtes d'accord ? Non ? Et pourtant, Monaco existe, à priori, c'est pas dans leur tête. Mbappe, avant de jouer au PSG il jouait où ? A Monaco ou dans sa tête ? A Monaco. Donc les personnes trans existent donc y'a des femmes qui n'ont pas de vagin." 

Pour conclure sa chronique, Marina Rollman rappelle ensuite que "les droits des femmes, c'est capital, et dans le tas y'a des femmes qui n'ont pas de vagin. Si c'est un problème pour vous, buvez un verre d'eau, respirez, ou niquez-vous, comme vous voulez. Vous êtes une poussière dans les rouages de l'Histoire, c'est pas important." Voilà qui est dit.

 

 

 

 


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail