coming inPourquoi il faut entendre ce que Pierre Palmade dit sur son homosexualité

Par Thomas Vampouille le 06/10/2021
Pierre Palmade revient au théâtre avec "Assume, bordel"

En promotion de sa nouvelle pièce de théâtre, Assume, bordel, qui met en scène un couple gay divisé sur la question de l'acceptation de soi, Pierre Palmade revient sur ses propres difficultés avec son homosexualité mais aussi sur ses rapports tendus avec la communauté gay, éclaircissant le malentendu.

Pierre Palmade a ceci de touchant qu'il n'a jamais caché les difficultés qu'il y a, parfois, à vivre en étant soi-même. L'humoriste homosexuel âgé de 53 ans, né pourtant sous les auspices de 68, a vécu l'époque du placard comme règle et du coming out comme exception, et il a mis du temps à s'en détacher. Le comédien aborde ce sujet dans son spectacle : Assume, bordel, au théâtre parisien Les Enfants du Paradis à partir de ce jeudi 7 octobre jusqu'au 30 décembre. Avec Benjamin Gauthier, il y incarne un couple gay dans lequel l'un assume son homosexualité et l'autre pas.

Pierre Palmade et la communauté gay

Ce lundi dans Convictions, l'interview vidéo du site Yahoo, Pierre Palmade revient sur la pointe des pieds à ce sujet de la souffrance, relevant avec diplomatie : "La communauté gay est toujours très réactive quand je parle de la souffrance que ça a été"… Une référence à des retours de boomerang passés, en particulier après ce développement malheureux qu'il avait fait sur le plateau de Laurent Ruquier en 2019, quand Pierre Palmade avait cru bon de distinguer "Ies homos et les gays" : "Les gays, ce sont des gens qui mangent gay, qui rient gay, qui vivent gay, qui parlent gay, qui font des films gays. Et les homos, ce sont des gens qui sont homos mais ce n’est pas marqué sur leur front, on ne le sait pas quand ils parlent, on ne le sait que quand on va dans leur chambre à coucher." Le propos avait heurté une partie de la communauté, qui lui avait alors reproché une homophobie intériorisée dont, plus récemment, un certain Matthieu Delormeau s'est encore fait l'écho en parlant de Bilal Hassani.

"La pièce elle est née effectivement de cette longue période que j'ai mis à assumer cette homosexualité qui me pesait, reprend le comédien face à Alexandre Delpérier. La naissance de ce spectacle, c'est pour montrer qu'il y a différentes façons de le vivre". Pour lui, c'était l'épreuve donc, et le dire ne revient qu'à pointer l'environnement structurellement homophobe qui crée ces situations de déni, de rejet de soi-même et d'homophobie intériorisée.

"Hétéro, c'est plus facile dans cette société, tout simplement"

Mais la route compte, et celle de Pierre Palmade l'a mené à l'acceptation, à cette pièce de théâtre, sans que le comédien oublie pour autant les obstacles, admettant qu'il ne peut toujours pas parler pour lui-même de fierté car "ça reste dur d'être gay" : "Assumer, ça ne veut pas dire être heureux avec, si j'avais eu le choix je pense que j'aurais été hétéro, parce que c'est plus facile dans cette société, tout simplement". Et en effet, c'est bien à la société de faire en sorte qu'il ne soit jamais plus facile pour y vivre de n'être pas soi.

Pierre Palmade, qui a manifestement été touché par les reproches de la communauté, y revient en fin d'interview. Éclaircissant au passage le malentendu sur la distinction entre gay et homo, puisqu'il dit : "On nous dit souvent cette phrase, un peu criminelle je trouve, c'est : 'non mais toi, tu fais pas homo' (...), sous entendu cache-le si tu veux être plus tranquille (…), et on a moins envie de le dire". La fierté en effet n'est pas encore là, mais on sent qu'elle sera peut-être au bout du chemin.

"Cette pièce c'est aussi pour dire à la communauté : bien sûr que vous avez raison, bien sûr que je suis de votre côté, mais je ne peux pas m'empêcher de parler de ma souffrance et de ma complexité de le vivre", conclut en attendant Pierre Palmade, ajoutant cette demande : "Respectez-la !" Reçu cinq sur cinq, et respecté comme tout coming in car, comme le rappelle une BD belle et sensible qui vient de sortir, l'acceptation de soi est pour chaque personne LGBTQI+ un parcours, personnel et singulier, encore souvent difficile. Alors si en plus, on se met entre nous des bâtons dans les roues…

Crédit photo : capture d'écran Yahoo