humourIel, wokes et "LGBGT" : Guillaume Meurice nous fait rire sur le dos des homophobes

Par Tessa Lanney le 25/11/2021
Guillaume Meurice,Lobby LGBT,woke,l'instant meurice,lgbt,homophobie,france inter

Dans "Le moment Meurice" sur France Inter, l'humoriste Guillaume Meurice nous livre les pépites des "anti-wokes" qu'il est allé dénicher.

Le mot "woke" est dans toutes les bouches ces derniers temps, et ce n'est pas pour parler de nouilles sautées. Alors pour répondre aux inquiétudes des anti-wokes, Guillaume Meurice a eu la gentillesse de nous offrir une "leçon d'anti-wokisme" ce mercredi 24 novembre pour "Le moment Meurice" sur France Inter. Et c'est drôle. Pas encore convaincu par la dangerosité du lobby LGBTQI+ qui "endoctrine nos enfants" ? Attendez d'avoir été mis en garde par la première intervenante de l'humoriste : "Je m’en fous des trans, je m’en fous des homos et je m’en fous de tous les vices qu’il y a sur terre." Merci madame de préciser, c'était probablement nécessaire.

À lire aussi : Lutte contre le harcèlement scolaire : pourquoi l'école échoue encore

Alors en revanche les parallèles de la dame, on a du mal à les suivre : "L’alcool n’en parlons pas, la drogue n’en parlons pas, il faut leur purifier le cerveau." Parce que oui, tout est lié : "Les trans fument, les homos boivent, ils ont des hygiènes de vie intolérables." On peut compter sur les hétéros pour remonter la barre comme le souligne Guillaume Meurice : footing, gainage et eau pétillante, la routine de tout hétéro qui se respecte.

Un grand manque d'esthétisme dans les relations homosexuelles

N'oublions pas non plus que la France est "le pays de l'élégance", rappelle Meurice. Or le lobby LGBTQI+ ne correspond pas tout à fait aux critères esthétiques de raffinement de l'interrogée : "Deux hommes qui s'accouplent, ce n'est pas joli." Les lesbiennes, n'en parlons pas, tout bonnement "écoeurant".

Au-delà de l'accouplement, le pire, c'est que les personnes LGBTQI+ peuvent désormais se marier. "Si tous les hommes se marient entre eux et que toutes les femmes se marient entre elles, on va où ?", interroge avec un bon sens un passant. C'est sûr que si tout le monde se marie en même temps, ce sera difficile de trouver une salle des fêtes. Ah, ce n'était pas la question ?

La télé-réalité pour enseigner les questions de sexualités aux enfants

Trêve de plaisanteries, revenons au problème le plus alarmant : les enfants. Quand le lobby arc-en-ciel s'infiltre dans les écoles, rien ne va plus. Et c'est ce qui inquiète cette dame dont la petite fille a dû faire un exposé sur les "LGBGT" - elle n'a pas dû lire le titre de l'exposé. Les enfants n'ont pas besoin de parler de sexualité à l'école, nous apprend un bon samaritain. Parce que les enfants savent déjà tout ce qu'il y a à connaître sur le sujet grâce à des émissions hautement pédagogiques telles que "Les Marseillais contre le reste du monde". Guillaume Meurice a une solution toute trouvée qui devrait convenir à tout le monde : faire subventionner les télé-réalités par l'Éducation nationale !

Maintenant que vous êtes avertis, une question demeure : comment lutter contre le fléau des invertis ? LE dernier intervenant de Guillaume Meurice a un avis bien tranché : "Toutes les associations, il faut les piquer, ils foutent la merde." Bon, s'ils foutent la merde… De toute façon comme il le dit si bien, "on vit dans un monde de cons". On se faisait la même réflexion depuis le début du "reportage".

Après nous avoir fait profiter de son humour décapant, Guillaume Meurice n'oublie pas de préciser que derrière les blagues que l'on peut faire sur ces remarques d'un autre temps, il y a "tous les jours des homosexuel·lles qui se font agresser et lyncher" et qu'il est nécessaire de transmettre aux jeunes générations un message de tolérance. Amen.

À lire aussi : Le Père Noël est gay, et dans ce film trop mignon il trouve enfin l'amour

Crédit photo : France Inter