SantéVIH : "Indétectable = Intransmissible", une notion encore trop méconnue

Par Nicolas Scheffer le 27/11/2023
sida,VIH,PrEP,I=I,indétectable,intransmissibile,vih sida,1er décembre,journée mondiale de lutte contre le VIH,santé,santé sexuelle,santé gay

Seul un quart des habitants d'Île-de-France, selon un sondage de l'Ifop commandé par Paris sans sida, savent qu'une personne vivant avec le VIH sous traitement, donc indétectable, ne peut pas transmettre le virus, même lors d'un rapport sexuel sans préservatif.

Le résultat du sondage commandé à l'Ifop* par l'association Vers Paris sans sida appelle à une forte mobilisation. Malgré des progrès dans la prise en charge et la lutte contre le VIH, les Franciliens connaissent encore très mal le virus responsable du sida et les derniers modes de prévention. À l’occasion du 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le VIH/sida, une campagne de communication grand public doit être déployée dans toute la région Île-de-France.

À lire aussi : VIH : baisse des nouvelles contaminations chez les hommes gays grâce à la PrEP

Toutes orientations sexuelles confondues, seul un quart des sondés (27%) savent que les personnes séropositives sous traitement ne peuvent pas transmettre le virus. Un peu plus de la moitié (53%) pense qu'avoir des relations sexuelles avec elles constitue une prise de risques, et une personne sur cinq (20%) ne sait tout simplement pas quoi en penser. Si le message indétectable = intransmissible (résumé par la formule I=I, ou U=U en anglais), qui indique qu'une personne séropositive sous traitement ne peut transmettre le VIH lors d'un rapport sexuel sans préservatif, est un fait scientifique incontestable, il est donc loin d'être intégré par la population générale.

La PrEP mal connue

Le sondage indique également que les Franciliens méconnaissent la PrEP, le traitement sous forme de cachets – et bientôt d'injections à réaliser tous les deux mois – permettant de se prémunir d'une infection au VIH lors d'un rapport sexuel sans capote. Seuls 12% des personnes interrogées savent précisément de quoi il s'agit, et 19%seulement en ont déjà entendu parler. Au total, 69% des personnes interrogées ne connaissent pas ce traitement préventif à l'efficacité attestée. "Nous avons fait de gros progrès dans la lutte contre le virus responsable du sida, mais si nous voulons atteindre l'objectif de zéro contamination d'ici à 2030, nous devons faire un effort supplémentaire", pointe Anne-Claire Boux, adjointe écologiste à la mairie de Paris en charge de la Santé.

Ce 1er décembre, une campagne d'affichage doit être déployée à Paris et en Seine Saint-Denis. "Nous avons choisi d'utiliser des mots les plus simples possibles, percutants et très affirmatifs sur les connaissances scientifiques du VIH", détaille pour têtu· Christophe Martet, président de Vers Paris sans sida. "Quarante ans après l'identification du VIH, nous devons montrer au public tout le chemin parcouru, martèle-t-il. Les séropos peuvent avoir une vie de couple normale, fonder une famille sans transmettre le virus à leurs enfants et avoir une sexualité épanouie, sans menace du VIH."

Et puisque l'information est la meilleure des préventions, n'hésitez pas à réviser vos classiques : autotest, PrEP, TPE… Ci-dessous, la carte des CeGIDD où réaliser vos tests de dépistage.

*enquête Ifop auto-administrée réalisée sur un échantillon de 1.005 personnes du 27 octobre au 2 novembre 2023.

À lire aussi : Rencontre avec Philippe Joanny pour "95", livre sur l'année hécatombe de la crise sida

À lire aussi : VIH/sida, capote, PrEP… Prendre soin de sa santé sexuelle, c'est sexy !

Crédit photo : Vers Paris sans sida