Des auteurs LGBT+ quittent l’agence littéraire de J. K. Rowling après ses propos transphobes

Quatre auteurs queers ont pris leurs distances de The Blair Partnership, l'agence londonienne qui représente J. K. Rowling depuis 2011. Cette dernière avait refusé de publier un communiqué de soutien aux droits des personnes trans.

Début juin, J. K. Rowling a été au cœur d'une débâcle médiatique après avoir tenu des propos dénigrants envers la communauté trans. En effet, l'autrice de la saga iconique Harry Potter sous-entendait dans un tweet équivoque que les femmes trans ne pouvaient être considérées comme des femmes étant donné qu'elles n'avaient pas leurs règles. Dans le sillage de ces commentaires discriminatoires, elle s'est mis à dos bon nombre de fans, les stars des films inspirés de ses livres et, maintenant, d'auteurs LGBT+ représentés par la même agence qu'elle.

A LIRE AUSSI : Après la tribune de J.K. Rowling, la colère et la douleur des fans trans d'Harry Potter

Comme le rapporte The Guardian, quatre écrivains ont quitté The Blair Partnership, l'agence littéraire où est signée J. K. Rowling depuis 2011. Les auteurs en question sont Owl Fisher, Fox Fisher, Drew Davies ainsi qu'un dernier souhaitant rester anonyme. Ils attestent couper les ponts avec l'entreprise après que celle-ci a refusé de publier un communiqué en soutien aux droits des personnes trans. "Cette décision n'a pas été prise à la légère et nous sommes tristes et déçus de devoir en arriver là, avancent les quatre concernés dans une déclaration jointe. La liberté d'expression ne peut être respectée que si les inégalités structurelles empêchant les mêmes chances pour les groupes sous-représentés sont remises en doute et modifiées".

L'argument de la liberté d'expression

En guise de réponse, une porte-parole pour The Blair Partnership a assuré que l'agence était fière de la diversité des points de vue qu'incarnaient ses auteurs et déplore leur départ. "Nous sommes déçus de la décision prise par quatre clients de quitter l'agence, détaille-t-elle. Pour clarifier les choses, nous croyons en la liberté d'expression pour tout un chacun. Ces clients ont décidé de partir parce qu'on ne répondait pas à leur demande d'être rééduqués en fonction de leur point de vue. Nous respectons leur droit de poursuivre le plan d'action qui leur semble correct".

À LIRE AUSSI – Certains employés de la maison d’édition de J. K. Rowling refusent de travailler avec elle

"On a essayé de parler avec eux en interne avant de prendre la parole publiquement, explique l'écrivaine trans et non-binaire Owl Fisher. On s'est sentis obligés d'en parler. En tant que personnes trans, c'est juste une question de valeurs. On ne veut pas être associés à une agence qui ne valorise pas les mêmes choses que nous". Cette histoire fait écho à une situation similaire chez Hachette, la maison d'édition actuelle de J. K. Rowling, où plusieurs employés ont refusé de collaborer avec elle suite à ses propos transphobes sur les réseaux sociaux.

Crédit photo : Shutterstock


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail