Margot, symbole de la lutte pour les droits LGBT+ en Pologne : « On n’a plus le temps pour la manière douce »

EXCLUSIF - Devenue symbole de la lutte pour les droits des personnes LGBT+, l'activiste non binaire Margot raconte à TÊTU l'alarmante homophobie d'État en Pologne. Et s'inquiète de la surveillance des militants polonais.

À 25 ans, Margot est devenue le visage de la contestation des personnes LGBT+ en Pologne. Le 7 août, l'activiste non-binaire, est arrêtée brutalement par la police après avoir dégradé un van "pro-vie" qui envoie des messages LGBTphobes dans les rues de Varsovie. Avec elle, une cinquantaine de membres de son collectif, Stop Bzdurom (Stop à l'absurdité) sont placés en détention provisoire.

Leur arrestation a provoqué des manifestations et contre-manifestations dans le pays. Depuis, la commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a demandé sa libération. Tout comme des dizaines d'intellectuels qui remarquent, dans Le Monde, que "les agressions homophobes se multiplient en Pologne parce qu’elles sont tolérées par le parti au pouvoir". Elle est finalement libre le 26 août.

À l'heure de notre rendez-vous sur Skype, Margot est retenue par la police pour une formalité. Quelques heures plus tard, elle peut enfin répondre aux questions de TÊTU. Interview avec la militante radicale qui réveille la Pologne.

Comment allez-vous depuis la fin de votre détention fin août ? 

Le moral des activistes LGBT+ est au plus bas parce qu'ici, rien ne change. Les militants LGBT+ ne sont pas en sécurité, certains gays se tournent même vers l'extrême droite pensant qu'ils n'ont plus rien à perdre. Dans un texte sur les réseaux sociaux, un homme s'est déclaré comme un "gay normal" et n'a pas arrêté d'écrire des horreurs sur l'activisme LGBT+. Les partis d'extrême droite recrutent des gays pour en faire des chevaux de Troie. À la télévision publique, on est présenté comme des activistes venus de l'ouest pour détruire les familles polonaises, violer les enfants, leur apprendre la sexualité et l'identité de genre à l'école....


Sur le même sujet

TÊTU
TÊTU La crème
de l'actualité LGBT
Toutes les semaines, dans votre boite mail