CalifornieDes "Gays pour Trump" ont tenté de "reconquérir" West Hollywood et évidemment, ça ne s'est pas bien passé

Par Nicolas Scheffer le 28/10/2020
Trump

Quelques militants "gays for Trump" ont voulu manifester à West Hollywood, quartier emblématique de Los Angeles fréquenté par la communauté LGBT+. Ils se sont fait huer et insulter.

Les équipes de campagne de Trump n'arrêtent pas d'essayer de draguer l'électorat gay, mais rien n'y fait. Un événement organisé par l'association LGBT+ du parti républicain a fait un immense flop vendredi 23 octobre. Quelques dizaines de ses supporters se sont mobilisés pour "reconquérir" West Hollywood, une ville du comté de Los Angeles (Californie) où 43% de la population se définit comme LGBT+. Et ils se sont évidemment fait recevoir.

Sans respecter les gestes barrière, les républicains LGBT+ n'étaient pas plus de 70 à cet événement de campagne, indique Pinknews. On est bien loin de la "reconquête" annoncée par les organisateurs. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent que la présence des supporters de Trump provoque des confrontations avec des passants qui les huent, les insultent et leur envoient des doigts d'honneur.

"Des drag sont mortes"

Sur les images, Lady MAGA, une drag qui milite pour Trump, marche dans la rue. Un homme lui dit que les militants de Stonewall se retourneraient dans leur tombe. "Des drags queens sont mortes dans la rue pour que tu aies le droit de porter ces putains de talons", lâche-t-il.

À LIRE AUSSI - Présidentielle américaine : Tiffany Trump drague l’électorat gay lors d’un meeting ultra gênant

La police n'est pas intervenue, alors que les militants trumpistes défilaient parfois sans masque. Certains policiers ont même pris des photos avec les protestataires. "J'ai fait plusieurs événements militants côté démocrate et côté républicain et je peux dire qu'il y a clairement une différence de traitement", a réagi sur Twitter Chelsea Lauren, une photographe présente lors du rassemblement.

"Nous sommes là pour montrer notre soutien à Trump et à la communauté LGBT+. Nous voulons leur dire qu'ils ont d'autres options" que de voter pour Joe Biden, a expliqué au Los Angeles Blade Max Edwards, l'un des participants de la marche. Il assure qu'il "y a beaucoup de preuves" qui démontrent que Trump est un allié de la cause LGBT+. Mais ce militant ne parvient pas à en donner.

Des attaques répétées contre la communauté LGBT+

En revanche, il y a bien des faits qui montrent que Trump s'en prend aux droits des personnes LGBT+. D'après GLAAD, Donald Trump et ses soutiens ont attaqué la communauté LGBT+ au moins 181 fois depuis qu'il a été investi.

À LIRE AUSSI - L’équipe de Donald Trump le qualifie de « président le plus pro-gay de l’histoire américaine »

Amy Coney Barrett, une magistrate ultra-conservatrice a été nommée par le président à la Cour suprême pour remplacer Ruth Bader Ginsburg, décédée le 18 décembre. Cette juge s'est notamment prononcée contre l'élargissement du Mariage pour tous à l'ensemble des États-Unis et pour une diminution de la protection des personnes transgenres.

Une politique hostile aux personnes LGBT+

Concernant les personnes transgenres, l'administration de Donald Trump leur a également interdit de servir dans l'armée américaine. Une décision confirmée par la Cour suprême à majorité conservatrice. Mais ce n'est pas tout : Donald Trump ne souhaite pas que les discriminations contre les personnes LGBT+ soient reconnues dans le monde du travail. La Cour suprême a été saisie d'un dossier d'un employeur qui a voulu licencier une personne trans en raison de son identité de genre tout comme que deux gays. Alors que Trump a pris fait et cause pour l'employeur, la Cour a donné raison aux employés.

À LIRE AUSSI - La nièce de Donald Trump fait des révélations sur l’homophobie de la famille Trump

Finalement, la communauté LGBT+ ne s'y trompe pas. 76% des électeurs LGBT+ disent être favorables à Joe Biden, contre seulement 17% pour Donald Trump. L'élection se tiendra le 3 novembre, mais des dizaines de millions d'Américains ont déjà voté.

 

Crédit photo : Capture d'écran twitter / @SamBraslow